Brèves

Derniers articles

Réglementation bio : les acteurs de la filière française rappellent leurs exigences

 

Ils avaient déjà communiqué ensemble le 9 juin, en amont du Conseil européen prévu le 12 du même mois. L’APCA (1), Cebio (2), Coop de France, le Fnab, le Synabio (3) et le Synadis bio (4) ont pris acte de la mission confiée à la présidence maltaise, à savoir proposer un texte qui mette d’accord les 28 autour de la future réglementation bio européenne. Et rappelé, dans un communiqué publié le 14 juin, les lignes rouges à ne pas dépasser.

Selon les six structures, la proposition visant à autoriser la culture en bacs dans les pays scandinaves et les pays baltes « n’est pas acceptable », tout comme les dérogations au contrôle annuel des opérateurs du bio. En ce qui concerne les contaminations par les pesticides, les mesures de déclassement nationales sont « une boite de pandore à ne pas ouvrir ».

19 juin, 2017

Le conseil d’État annule le classement de certaines espèces « nuisibles »

Le Conseil d’État a rendu sa décision sur l’arrêté de classement des espèces « nuisibles », contre lequel France nature environnement et Humanité et biodiversité avaient déposé un recours commun. L’arrêté, pris en 2015 par le ministère de l’Écologie, considéré comme abusif, est ainsi annulé pour la pie, la fouine, la corneille et la belette dans plusieurs régions. « Une bonne nouvelle pour la biodiversité, car toutes les espèces ont leur rôle à jouer dans les écosystèmes et certaines sont de précieux auxiliaires de l’agriculture », indique les deux associations dans un communiqué du 16 juin.

Le Conseil d’Etat a jugé que ce classement n’était pas justifié dans une quinzaine de cas :

  • la pie dans l’Aube, l’Aude, la Haute-Loire, la Meurthe-et-Moselle, la Nièvre, les Hautes-Pyrénées, le Haut-Rhin et le Var,
  • la fouine dans la Marne et la Savoie,
  • la corneille et le corbeau freux dans la Haute-Loire,
  • l’étourneau dans la Haute-Vienne,
  • la belette dans la Moselle.

La décision est applicable dès sa publication.

19 juin, 2017

Sumitomo choisit BASF pour développer durablement un fongicide innovant

Sumitomo Chemical, principal actionnaire de Philagro, a signé avec BASF, le 13 juin 2017, un accord de coopération pour développer de nouvelles solutions fongicides. A partir d’une molécule découverte par Sumitomo Chemical et annoncée lutter efficacement contre les « principales maladies, y compris celles qui ont développé des résistances à d’autres fongicides disponibles sur le marché », chaque société mettra au point séparément des formulations différentes. « Ce partenariat permettra d’associer la nouvelle molécule à de multiples autres substances actives afin d’assurer sa durabilité », souligne Frédéric Grimault, directeur marketing et développement de projets chez Philagro. Le secret demeure encore autour de cette nouvelle molécule, dont les demandes d’homologation démarreront à compter de 2018. Les AMM en France ne sont pas attendues avant 2022.

19 juin, 2017

Des chercheurs décortiquent les mécanismes de symbiose

Des chercheurs de l’Inra ont reconstitué l’évolution de la symbiose des bactéries et champignons avec les arbres et leurs racines. Il y a 450 millions d’années environ, les premières plantes ont commencé à coloniser les continents. Il ne fait aucun doute, pour les chercheurs de l’Inra, que les bactéries et champignons ont joué un rôle-clé pour aider les plantes à sortir de l’eau. Bien que les fossiles étudiés ne permettent pas d’établir clairement la forme des symbioses de l’époque, les chercheurs pensent que ce sont les champignons qui ont commencé à s’associer avec les racines, et que les bactéries les auraient « imité ».

19 juin, 2017

Les autres brèves du 20 juin 2017

Les Jeunes agriculteurs indiquent, dans un communiqué du 15 juin, qu’ils diffuseront début juillet un document de propositions construit avec l’ensemble de leur réseau dans le cadre des États généraux de l’alimentation.

L’audition de la Commission européenne par le Parlement européen sur les questions relatives au dossier glyphosate, tenue le 13 juin 2017 à Strasbourg, sera suivie d’une autre de plus grande ampleur en septembre prochain, avec la participation prévue de Monsanto, d’ONG et des Agences européennes Echa et Efsa. La Commission propose un renouvellement de l’autorisation de la molécule pour dix ans, ce que de nombreux eurodéputés refusent tant que l’innocuité de la molécule n’est pas assurée.

Une équipe du ministère de l’Agriculture s’est rendue dans le nord-est de la Chine entre le 2 et le 10 juin. Elle a visité des installations expérimentales de l’Académie des sciences de Chine (CAAS) sur l’influence des gaz à effet de serre et du réchauffement climatique sur la production de céréales. L’objectif du déplacement est de renforcer la coopération entre la France et la Chine sur le domaine agricole.

Le député de la Lozère Pierre Morel-à-l’Huissier a déposé une proposition de loi à l’Assemblée nationale le 6 juin. Elle vise à interdire la pollution visuelle que peuvent constituer les éoliennes dans un périmètre de deux kilomètres autour des paysages d’intérêts, comme les sites inscrits au Patrimoine mondial, des réserves de biosphère, des Grands sites de France, des sites Natura 2000 et des villes labélisées « Ville et Pays d’Art et d’Histoire ».

Améliorer l’efficacité de la photosynthèse du blé et par ce biais, le rendement de la céréale. Tel est l’objet de l’accord de recherche de deux ans conclu par Bayer le 14 juin 2017 avec le Shanghai Institutes for Biological Sciences (SIBS), un important institut de recherche biologique chinois.

Le laboratoire d’analyses Phytocontrol élargit ses activités au contrôle des eaux : la société a reçu l’agrément national du ministère en charge de la Santé pour la réalisation des prélèvements et du contrôle sanitaire des eaux. Phytocontrol a par ailleurs vu, le 1er juin 2017, son accréditation reconduite pour cinq ans.

L’appel à communications pour le colloque sur les techniques d’application des produits de protection des plantes, qui se tiendra les 13 et 14 mars 2018 à Lyon, se termine le 23 juin 2017.

L’ouvrage « Biocontrôle en protection des cultures », coordonné par Jean-Louis Bernard, est disponible en librairie ou sur le site de l’éditeur Harmattan. Au sommaire : les définitions du biocontrôle ; les catégories de moyens et leur examen ; l’examen de différentes cultures prises comme exemples ; les atouts et les freins pour la mise en oeuvre du biocontrôle ; ses perspectives de développement.

Les diagnostics de la société BeApi, spécialiste du conseil en modulation intra-parcellaire, seront désormais éligibles aux prêts dédiés au machinisme agricole (Agilor) du Crédit agricole, ont annoncé les deux sociétés dans un communiqué le 12 juin. BeApi fournit plusieurs types de diagnostics à destination des agriculteurs qui souhaitent se lancer dans la modulation intra-parcellaire.

La chaine de magasins bio Whole Foods
va se faire racheter par Amazon pour 13,7 milliards de dollars. La transaction devrait être finalisée dans la deuxième moitié de l’année 2017. Créée en 1980 et présente aux États-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, l’enseigne faisait face depuis deux ans à une désaffection des consommateurs. Ce rachat devrait lui permettre de se restructurer, tout en gardant son nom et son patron/co-fondateur John Mackey.

L’entreprise Vento-Sol annonce le lancement d’une nouvelle gamme de stockage des effluents phytosanitaires Ecobang. Cette gamme de solutions sur mesure permet l’évaporation de volumes d’effluents plus importants.

19 juin, 2017

Phytos sur les SIE : le sujet fait débat au sein des eurodéputés

 

Les eurodéputés socialistes et radicaux ne suivront pas l’appel de leurs collègues de droite à voter, le 13 juin, contre la proposition de la Commission européenne d’interdire l’utilisation de produits phytosanitaires sur les surfaces d’intérêts écologiques (SIE). Selon eux, il faut réserver ces surfaces à la biodiversité et mettre en œuvre un véritable « plan protéines ». L’eurodéputé Jean-Paul Denanot prépare d’ailleurs un rapport stratégique sur le sujet, « avec des solutions pérennes qui ne nuiront pas à l’environnement », soulignent-ils. Le Réseau biodiversité pour les abeilles souhaite de son côté voir maintenues les SIE implantées de protéagineux, qui contribuent à l’alimentation des abeilles.

12 juin, 2017

Influenza aviaire : l’État précise le calendrier des indemnisations

Le ministre de l’Agriculture Jacques Mézard a fait le point, le 9 juin, sur le règlement des indemnisations liées aux épisodes d’influenza aviaire H5N1 de 2016 et H5N8 de 2017, suite à la validation du régime d’aide d’État de l’aval de la filière par la Commission européenne. Le ministère annonce que les aides seront mises en place dans les meilleurs délais.

Pour l’amont, les éleveurs de gallinacées touchés par H5N1 verront le paiement commencer dès la mi-juin. Les éleveurs de palmipèdes touchés en 2016 ayant déposé leurs dossiers ces dernières semaines recevront les premières aides à la mi-juillet. Pour l’épisode H5N8 de 2017, 351 exploitations ont déjà touché une avance à hauteur de 75 % des valeurs marchandes des animaux abattus dans les foyers ou de façon préventive, pour un budget de 11,4 millions d’euros.

12 juin, 2017

Phyto légumes 2017 : l’enquête démarrera en novembre 2017

 

La prochaine enquête sur les pratiques phytosanitaires en maraîchage, appelée Phyto légumes 2017, aura lieu de novembre 2017 à avril 2018. Les cultures enquêtées : carotte, chou, fraise, melon, poireau, salade et tomate. Phyto Légumes 2017 permettra notamment de mesurer l’évolution des indicateurs de pression phytosanitaire et du raisonnement des exploitants maraîchers en matière de traitements et de protection des cultures. Une pré-enquête téléphonique aura lieu en juin et juillet, auprès de 9 411 exploitations, pour recueillir les superficies cultivées.

12 juin, 2017

Retrait des États-Unis de l’accord de Paris : Mézard veut mobiliser une Europe « plus forte »

 

Les réactions se sont multipliées après que Donald Trump a annoncé, le 1er juin 2017, le retrait des États-Unis de l’accord de Paris sur le climat. Le nouveau ministre de l’Agriculture Jacques Mézard s’est à son tour exprimé, le 2 juin. Pour lui, l’annonce de Donald Trump « pourrait être le prélude d’un immense gâchis. » « L’Accord de Paris n’est pas négociable et j’entends bien poursuivre la mise en œuvre des plans de réduction des émissions et d’adaptation prévus. […] Je suis profondément convaincu que c’est là que se situe la seule voie pour garantir une agriculture et une alimentation durables, dans l’intérêt des consommateurs comme des agriculteurs. » Et d’appeler à maintenir la mobilisation, notamment au sein d’une Europe qu’il souhaite « plus forte ».

12 juin, 2017

Les autres brèves du 13 juin 2017

 

Les syndicats agricoles européens Copa et Cogeca, ainsi que l’organisation professionnelle agricole européenne European landowners’ organisation (ELO) et le Fond de partenariat pour les écosystèmes critiques (CEPF) ont donné leurs impressions sur le Plan d’action de l’Union européenne pour le milieu naturel, la population et l’économie. Ce plan doit renforcer Natura 2000. Les organismes apprécient les grandes potentialités du plan, mais souhaitent plus de visibilité auprès du grand public, ainsi qu’un allégement des procédures bureaucratiques et une augmentation des fonds alloués.

 

Le Parlement européen auditionnera la Commission européenne sur les questions relatives au dossier glyphosate le 13 juin à Strasbourg. La Commission propose un renouvellement de l’autorisation de la molécule pour dix ans, ce que de nombreux eurodéputés refusent tant que l’innocuité de la molécule n’est pas assurée.

Après une première quinzaine plutôt fraîche et pluvieuse, la fin du mois de mai a été marquée par des pics de chaleur et la température moyenne du mois a dépassé la normale. La pluviométrie a été déficitaire dans la majorité des régions. Les précipitations cumulées depuis le 1er mars 2017 sont inférieures à la normale. Le déficit d’humidité des sols s’accentue au 1er juin, particulièrement en Corse et entre les départements du Nord et de la Moselle

Redonner de la diversité aux espèces florales agricoles, horticoles et sauvages pour garantir des ressources en nectar et pollen pour les abeilles. Tel est l’objectif auquel entend contribuer un tout nouvel ouvrage : « Liste de plantes attractives pour les abeilles ». Réalisé par dix partenaires, dont Val’hor et le Gnis, il détaille 200 arbres, arbustes, annuelles, bisannuelles et vivaces sur 24 pages.

 

Hervé Durand, ingénieur général des ponts, des eaux et des forêts, est nommé directeur général de la performance économique et environnementale des entreprises au ministère de l’agriculture et de l’alimentation par intérim.

La Corée du Sud fait face à une nouvelle épidémie de grippe aviaire H5N6. Elle a interdit provisoirement le transport de volailles dans tout le pays.

L’Autorité européenne de sécurité sanitaire, Efsa, a publié un rapport sur le bien-être animal lors de l’abattage de femelles gestantes et le ressenti du foetus. Selon l’Efsa, en moyenne 3 % des vaches laitières, 1,5 % des bovins de boucherie, 0,5 % des porcs, 0,8 % des moutons et 0,2 % des chèvres sont abattus au cours du derniers tiers de la gestation.

La construction de bâtiments agricoles en bois a ralenti en 2016, selon l’enquête nationale de la construction bois. Environ 1 600 000 m² ont été bâtis, contre 1 700 000 m² en 2015. L’enquête fait cependant état d’une reprise pour 2017, aussi bien pour l’agriculture qu’en globalité.

100 indications géographiques européennes devraient être protégées en Chine, et réciproquement. Les deux parties ont convenu le 2 juin de publier formellement une liste de deux cents indications géographiques, soit 100 pour chacune, qui seront examinées à des fins de protection dans le cadre d’un accord bilatéral qui sera conclu en 2017.
L’Association pour la promotion d’une agriculture durable (Apad) a réuni environ 130 participants les 30 et 31 mai, pour la quatrième édition des rencontres de l’agriculture de conservation des sols.
Un cours en ligne (Mooc) est proposé par AgroSup Dijon, sur les protéines végétales et leurs places dans l’alimentation humaine. Le cours sera composé sur quatre semaines. Ce cours est ouvert à tous, des étudiants en biochimie, en nutrition ou en école d’ingénieurs en agro alimentaire jusqu’aux curieux occasionnels.

Le groupement de producteur de légumes Prince de Bretagne fête les 20 ans de sa filière bio. Démarrée en 1997, cette démarche a permis au groupement d’être le leader sur le marché des légumes bio en France. Les 20 000 tonnes produites à l’année tendent vers une qualité et une traçabilité répondant à la demande des consommateurs.

La Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB) proposera à partir du 4 septembre un cours en ligne (Mooc) « Biodiversité et changements globaux ». Réparti sur quatre semaines, ce cours devrait permettre de mieux comprendre l’impact des changements globaux sur la biodiversité, les réponses de cette dernière et les positions des grands acteurs sociétaux. Il est produit par l’Université virtuelle environnement et développement durable (UVED).

12 juin, 2017

NDDL : trois médiateurs pour un rapport en décembre 2017

Trois médiateurs ont été nommés le 1er juin pour débloquer la situation autour du projet d’aéroport à Notre-Dame-des-Landes, entre Nantes et Rennes. Objectif : « envisager les solutions permettant de répondre aux impératifs d’aménagement, dans un dialogue apaisé avec les acteurs et dans le respect de l’ordre public. » Il s’agit d’Anne Boquet, préfète, ancienne préfète de région Bourgogne, inspectrice générale des finances en service extraordinaire ; Michel Badre, ancien président de la formation d’Autorité environnementale du Conseil général de l’environnement et du développement durable, membre du Conseil économique, social et environnemental (CESE) ; Gérard Feldzer, ancien pilote de ligne, président honoraire de l’Aéro-club de France. Le rapport de mission sera remis au Gouvernement dans un délai maximal de six mois, soit le 1er décembre 2017 au plus tard.

2 juin, 2017

FAO : « Des systèmes de productions à forte utilisation de connaissances »

« L’intensification de l’agriculture favorise la déforestation, les pénuries de ressources en eau, l’épuisement des sols et les émissions de gaz à effet de serre, a indiqué José Graziano da Silva, directeur de la FAO à la commission agriculture du Parlement européen le 30 mai. Nous devons passer de systèmes de productions à forte utilisation d’intrants à des systèmes de productions à forte utilisation de connaissances. » Le directeur de la FAO a mis l’accent sur quatre principaux problèmes à venir : le changement climatique, la propagation des ravageurs et des maladies transfrontalières, les pertes et le gaspillage alimentaire et l’importance d’éradiquer toutes formes de malnutrition dans le monde. Dans ce cadre, l’organisation onusienne soutient l‘agriculture intelligente face au climat, l’agro-écologie et l’agroforesterie.

2 juin, 2017

Bien-être animal : Casino s’engage au côté d’associations

Face à la demande française de plus en plus forte, le groupe Casino s’est associé à trois organismes de protection animale. La Fondation droit animal, éthique et sciences (LFDA), Compassion in world farming France (CIWF France) et Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs (OABA) ont ainsi signé une convention quadripartite avec le groupe le 30 mai 2017. L’objectif est, entre autres, d’améliorer les audits des éleveurs qui fournissent l’enseigne. Les quatre protagonistes ambitionnent aussi la mise en place d’un étiquetage sur le bien-être animal, en plus de ceux déjà existant sur le bilan carbone ou l’indice environnemental du groupe.

2 juin, 2017

Biocoop : 21 propositions pour la transition écologique

Le réseau de magasins bio Biocoop a publié le 30 mai un projet politique fondé sur 21 propositions visant à soutenir la transition écologique dans l’agriculture française. Issu d’une consultation publique sur les réseaux sociaux lors de la campagne présidentielle, ce programme a été inspiré par près de 1 700 tweets des consommateurs, et a été envoyé le 30 mai au président de la République et son gouvernement. Il propose entre autres d’abaisser la TVA sur les produits bio et locaux, d’augmenter les aides à l’agriculture biologique et d’interdire le brevetage des semences.

 

2 juin, 2017

Les autres brèves du 6 juin 2017

L’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) et l’Institut français de la vigne et du vin (IFV) ont publié un guide agro-écologique en viticulture. Ils délivrent des points de repères techniques pour les vignerons qui souhaitent faire évoluer leurs pratiques.

La Fédération régionale des syndicats d’exploitants agricoles (FRSEA) de Bretagne a appelé à une amélioration de la mise en œuvre des mesures agro-environnementales et climatiques (Maec). Ces dernières sont censées accompagner les agriculteurs qui s’engagent sur des pratiques respectueuses de l’environnement, mais selon la FRSEA, le manque de visibilité des cahiers des charges qui évoluent sans cesse, le manque de financements et les problèmes de communication décrédibilisent le dispositif.

Le ministère de l’Agriculture a publié le 25 mai 2017 un arrêté qui modifie celui fixant les mesures techniques et administratives relatives à la lutte contre la fièvre catarrhale ovine (FCO). Seul le Finistère et une partie des Côtes-d’Armor restent hors de la zone réglementée. La France a recensé 2 379 foyers depuis septembre 2015, dont 2 086 depuis juillet 2016.

Le rapport sur l’accès à l’information, la participation du public au processus décisionnel et à l’accès à la justice en matière d’environnement faite à Aarhus (Danemark) le 25 juin 1998 est consultable sur le site du ministère de la Transition écologique et solidaire.

Le mouvement des entreprises à impact climatique positif « Positive! Companies » voit dans le choix de Donald Trump de retirer les États-Unis des accords de Paris… une opportunité. Ce mouvement juge que cette péripétie étatique peut permettre de donner de l’ampleur à l’action privée : « Les entreprises ont une responsabilité historique dans les émissions mondiales de CO2. Elles doivent plus que jamais accélérer leur engagement à devenir, aux côtés des États, les principales forces motrices de la mise en œuvre de l’Accord de Paris. »

La distribution d’Esquive WP sera reprise, à partir de cette campagne 2017/2018, par Agrauxine Lesaffre Plant Care. Cette solution de biocontrôle, à base de la souche I-1237 de Trichoderma atroviride et autorisée pour lutter sur vigne contre les maladies du bois (Esca, Black dead arm et Eutypiose), était développée depuis 2014 par Bayer.

Carrefour et la chambre régionale d’agriculture de la Nouvelle-Aquitaine ont signé une convention le 24 mai 2017 pour développer la filière bio. Un accord pour mieux favoriser les échanges et la collaboration entre les agriculteurs et l’enseigne. Carrefour s’engage notamment à établir des accords pluriannuels avec les producteurs dans le cadre de nouvelles filières d’approvisionnement régionale et nationale.

2 juin, 2017

JO et JO de l’UE du 27 mai au 2 juin 2017

JO du 2 juin Arrêté du 22 mai 2017 modifiant l’arrêté du 19 septembre 2012 portant publication de la liste des dispensateurs de formation habilités à mettre en œuvre l’action de formation professionnelle continue sur la protection des animaux dans […]

2 juin, 2017
Stéphanie Ayrault