Brèves

Derniers articles

Pour l’AGPB, l’AGPM, la CGB et la Fop, « l’écologie punitive, cela suffit ! »

Conseil stratégique obligatoire, séparation du conseil et de la vente, suppression des 3R (rabais, ristourne, réduction), interdiction de produits sans solution, plateforme sur la sortie du glyphosate, augmentation de la RPD… N’en jetez plus. Pour les agriculteurs regroupés au sein des Assemblées générales des producteurs de blé (AGPB) et maïs (AGPM), la Confédération générale des planteurs de betteraves (CGB) et Fédération Française des Producteurs d’Oléagineux et de Protéagineux (Fop), la coupe est pleine. « Les Pouvoirs publics savent-ils qu’une exploitation de grandes cultures dont le revenu moyen par actif est, sur les cinq dernières années, de l’ordre de 2500 € par an, va subir un surcoût de plus de 1500 € ? Soit potentiellement le tiers de son résultat ! Cela montre une nouvelle fois le décalage de nos dirigeants avec la réalité du terrain et leur dramatique méconnaissance de la situation économique de la ferme France. » Tous appellent, dans un communiqué commun daté du 5 décembre, à « refonder un dialogue constructif pour accompagner la transition agroécologique dans laquelle les producteurs de grandes cultures sont résolument engagés au travers des plans de transformation de filière. »

10 décembre, 2018

Lancement des trophées de l’excellence bio

L’Agence BIO et Crédit Agricole lancent une nouvelle édition des Trophées de l’Excellence Bio. Destiné à tous les acteurs professionnels et à toutes les entreprises des filières biologiques, ce concours permet de soutenir des initiatives exemplaires, innovantes et reproductibles des filières biologiques. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 18 janvier 2019.

10 décembre, 2018

Greenpeace s’excuse après la publication de sa carte des « fermes-usines »

Suite à la publication, le 26 novembre, d’une carte répertoriant 4413 fermes-usines, Greenpeace France a présenté ses excuses, le 4 décembre, aux agriculteurs et agricultrices dont la ferme y aurait été incluse à tort. L’association, qui s’est basée sur des données du ministère de la Transition écologique et solidaire, reconnaît « des erreurs » tout en déplorant l’absence d’un « état des lieux fiable » sur la question. Mais le mal est fait. La carte a suscité l’émoi du secteur agricole, la FNSEA déplorant un nouvel exemple « d’agribashing ». La fédération de l’Ain du syndicat, ainsi que les Jeunes Agriculteurs ont incité les exploitants à porter plainte. Rappelant son engagement contre l’industrialisation de l’agriculture, la Confédération paysanne a regretté une cartographie présentant « une réalité partielle et déconnectée de la réalité des fermes-usines en France. »

10 décembre, 2018

De l’ester de colza dans les chaudières dès 2019 ?

Du colza dans la chaudière ? C’est une hypothèse que défend Esterifrance, structure représentant les industriels de la filière française du biodiesel. L’idée serait de substituer progressivement le fioul domestique fossile standard par un bioliquide renouvelable, en y incorporant de l’ester méthylique de colza français, à hauteur de 10 % (F10) ou 30 % (F30). Kristell Guizouarn, présidente d’Esterifrance, espère que la loi de finance 2019, actuellement en débat, instaurera des conditions fiscales à même de favoriser ce virage.

10 décembre, 2018

Les autres brèves du 11 décembre 2018

La firme BASF et la société néerlandaise VanderSat annoncent, le 7 décembre, une collaboration pour proposer des recommandations de haute précision pour l’application d’intrants. Au centre de ce partenariat : l’outil Xarvio™ Field Manager, qui s’appuie sur les données satellitaires de VanderSat, dont la technologie mesure, grâce à des micro-ondes, l’humidité du sol et les températures de surface de chaque parcelle. Des paramètres intégrés pour calculer le risque d’apparition de maladies, fournir aux agriculteurs des cartes intraparcellaires personnalisées, et un calendrier optimisé d’application pour la protection des cultures.

La Confédération paysanne s’associait, le 8 décembre, à la Marche pour le Climat. « La COP 24 s’est ouverte dans une terrible indifférence », regrette le syndicat dans un communiqué daté du 7 décembre. Et de rappeler : « Les paysans sont les premières victimes du dérèglement climatique et nombre d’entre eux se trouvent déjà dans une situation très critique. »

10 décembre, 2018

Ouverture de la COP 24 à Katowice en Pologne

La 24e édition de la Conférence mondiale sur le climat (COP) s’est ouverte le 2 décembre à Katowice, en Pologne. Les négociations s’y tiendront jusqu’au 14 décembre. Les enjeux sont forts : les 196 États-membres de la convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique (Ccnucc) doivent se mettre d’accord sur les règles d’application de l’Accord de Paris, afin de contenir le réchauffement climatique sous les 2° C d’ici la fin du siècle. La trajectoire actuelle, découlant des contributions nationales, amènerait à un réchauffement de 3,2 °C à cette échéance. Ultime défi à relever : la relève des ambitions nationales dès 2020, date d’entrée en vigueur du texte, alors même que les États-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris en 2017 et que le Brésil menace de les suivre.

3 décembre, 2018

Propiconazole : autorisation non renouvelée

La demande de renouvellement de l’approbation du propiconazole a été rejetée. Selon l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, cette molécule, classée comme substance toxique pour la reproduction de catégorie 1B et faisant partie de la liste des substances dont on envisage la substitution, suscite de nombreuses préoccupations, tant pour la santé humaine que pour l’environnement. Les autorisations des produits phytosanitaires contenant du propiconazole doivent être retirées dans tous les États membres avant le 19 juin 2019, avec un délai de grâce expirant au plus tard le 19 mars 2020.

3 décembre, 2018

La Dauphinoise accueille son premier Frais d’Ici

Un huitième magasin Frais d’Ici a ouvert ses portes le 22 novembre à Éveux, dans le Rhône, au sein du Gamm Vert de la coopérative Dauphinoise (38). Il s’agit du premier Frais d’Ici en Auvergne-Rhône-Alpes. La Dauphinoise a investi un montant avoisinant les 500 000 euros pour ce magasin de 275 m². « À l’échelle du groupe Dauphinoise, l’ambition est d’ouvrir d’ici à trois à cinq ans d’autres magasins Frais d’Ici ou Bio and Co, adossés à des Gamm Vert », explique Jean-Philippe Bernard, directeur adjoint du pôle grand public de la Dauphinoise.

Le magasin a vocation à s’approvisionner entre 70 à 80 % en produits locaux et circuits courts, en privilégiant, quand c’est possible, ceux des adhérents de la coopérative. Plusieurs visites sur les fermes des agriculteurs de la Dauphinoise sont prévues dans l’année pour les clients du magasin. L’ouverture du magasin a généré l’embauche de 3,5 ETP.

3 décembre, 2018

Biocontrôle : Thiovit Jet Microbilles est autorisé sur blé contre la septoriose

Le fongicide de biocontrôle Thiovit jet microbilles de Syngenta, à base de soufre, a obtenu une extension d’homologation sur blé, épeautre et triticale pour lutter contre la septoriose. La société précise que les premières applications pour cet usage seront possibles au printemps 2019. Le produit avait obtenu une dérogation de 120 jours en 2018 sur cet usage, avec des conditions d’utilisation différentes.

3 décembre, 2018

Les autres brèves du 4 décembre 2018

Lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2019, les sénateurs ont adopté, le 29 novembre, un amendement visant à remplacer le renforcement proposé de la redevance pour pollutions diffuses (RPD) par une augmentation de la taxe sur les ventes réalisées par les fabricants de produits phytosanitaires. Peu de chance, pour autant, que cette mesure arrive à terme : le dernier mot revient à l’Assemblée nationale et la hausse de la RPD est une volonté du Gouvernement. Le projet d’arrêté établissant la liste des substances actives concernées en 2019 par cette RPD est d’ailleurs en consultation publique .

La Commission européenne a publié le 28 novembre 2018 un projet de stratégie énergie-climat à long terme pour l’Europe. Objectif : atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Bruxelles compte notamment capitaliser sur les bénéfices de la bioéconomie et accentuer le stockage de carbone dans les sols via l’agriculture.

L’Anses a lancé le 26 novembre son appel à projets annuel en matière de santé et environnement. Il est doté d’une enveloppe de 8 millions d’euros. Parmi les thèmes : l’exposition aux produits phytosanitaires, les perturbateurs endocriniens, la qualité de l’air, le changement climatique, les vecteurs et lutte anti-vectorielle. La date de limite des dépôts des lettres d’intention est fixée au 8 janvier 2019. Les résultats seront connus en septembre de la même année.

L’Anses met à disposition les données de son étude sur les expositions alimentaires aux substances chimiques des enfants de moins de trois ans. En couvrant 97 % du régime alimentaire des tout-petits, l’enquête de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, qui a demandé 6 années de travail, a permis d’analyser 670 substances dans les aliments et d’estimer le risque pour 400 d’entre elles, dont 281 résidus de pesticides.

Touchée par la sécheresse, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé le 26 novembre 2018 un plan de 15 millions d’euros pour les agriculteurs. L’aide sera ciblée sur les exploitations ayant des pertes de fourrages d’au moins 30 % et versée en fonction du nombre d’UGB. Elle pourra aller de 500 à 2 000 € par exploitation.

Avec l’inauguration de sa station de recherche à Balcarce, en Argentine, Florimond Desprez poursuit son développement dans ce pays, démarré au début des années 2000. Ce site possède 80 ha de terres irrigables et plusieurs bâtiments dédiés au stockage, au tri ou aux analyses. La variété cible sera le blé. L’objectif étant de concevoir des variétés productives et économes en intrants, dédiées avant tout au marché sud-américain.

L’arrêté du 26 novembre 2018, paru au JO du 30 novembre, actualise la liste des laboratoires nationaux de référence dans le domaine de la santé publique vétérinaire et phytosanitaire. Il modifie en cela l’arrêté du 29 décembre 2009.

La Coordination rurale s’interroge sur la stratégie commerciale de Carrefour. Dans un communiqué du 27 novembre, le syndicat indique ne pas comprendre comment l’enseigne Carrefour peut annoncer d’un côté un partenariat avec WWF pour financer la conversion vers le bio de producteurs de lait, et annoncer de l’autre « brader » un lait bio à 87 centimes le litre.

Certis, qui fait partie des trois premiers acteurs du marché du biocontrôle en France, tient à faire savoir son engagement dans ces solutions alternatives et assurer le rayonnement de ses marques. Après avoir refondu son site Internet en septembre 2018, la société active ses nouveaux comptes Twitter et LinkedIn.

Syngenta informe que son fongicide de biocontrôle Bastid/Blason, à base de COS-OGA, est dorénavant utilisable en agriculture biologique. Le produit, autorisé contre le mildiou et l’oïdium de la vigne, ainsi que l’oïdium des légumes sous serre, permet entre autres de réduire les doses de cuivre et de soufre.

3 décembre, 2018

La liste des produits de biocontrôle est réactualisée

Une nouvelle liste des produits de biocontrôle est parue au Bulletin officiel du 22 novembre 2018. La DGAL précise que la prochaine actualisation interviendra en janvier 2019 sur la base des produits autorisés au 31 décembre 2018.

26 novembre, 2018

Pesticides : publication des équipements limitant la dérive

Une nouvelle liste des équipements de limitation de la dérive de pulvérisation de produits phytosanitaires est parue au BO du 22 novembre 2018. Ces derniers permettent de réduire la largeur des zones non traitées en bordures des points d’eau (de 20 ou 50 m à 5 m), conformément à l’arrêté du 4 mai 2017. De nouveaux équipements viennent s’ajouter pour la viticulture, l’arboriculture et les cultures basses.

26 novembre, 2018

Solevial inaugure la plus grande usine d’aliments bio d’Occitanie

Le 21 novembre, Solevial inaugurait son usine d’aliments Bio tout juste rénovée. Implantée à la Canourgue (48), elle constitue, avec une production annuelle en forte croissance (10 000 tonnes l’an passé), la plus grande structure de ce type d’Occitanie. Une dynamique en adéquation avec le déploiement de l’agriculture biologique dans la région. Exploité par le groupe Unicor, pour Solevial, ce site approvisionne plus de 600 agriculteurs. Financés à hauteur de 1,2 M€ par Solevial et subventionnés par la région Occitanie pour 113 000 €, les travaux se sont déroulés de novembre 2017 à octobre 2018. La capacité de production a ainsi été multipliée par 2,5. Parmi les nouveautés : l’installation d’une chaudière à gaz, l’automatisation de la ligne de presse, deux silos de stockage supplémentaires et l’extension de la station de chargement.

26 novembre, 2018

Vivea se défend d’avoir supprimé les financements de formation pré-installation

Pointé du doigt par la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), pour avoir « supprimé les financements existants pour toutes les formations qui se déroulent en amont de l’installation sur une exploitation agricole », Vivéa s’en défend. Contactée par Référence-environnement, la structure précise : « L’évolution est plus fine que cela. Nous avons simplement recadré les financements de ces formations. » Et d’afficher clairement sa volonté de maintenir les formations concernées, à condition, pour les candidats, d’avoir réalisé un diagnostic de leurs besoins et de s’inscrire dans le cadre d’un Plan de professionnalisation personnalisé.

Une manière de répondre à la Fnab, qui s’inquiétait le 23 novembre d’une décision considérée comme « brutale » et « menaçant le renouvellement des génération agricoles », et notamment « l’installation en agriculture biologique de population non-agricoles. »

26 novembre, 2018

Les autres brèves du 27 novembre 2018

En raison d’un risque de contamination par une salmonelle, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation informe, le 24 novembre, du rappel des reblochons de la Société Fromagerie de la Tournette estampillés « 74.128.050 ». L’enquête de traçabilité qui vient d’être conduite cible les produits dont les dates limites de consommation sont comprises entre le 17/11 et le 16/12/2018.

26 novembre, 2018

Sébastien Windsor, président de l’Acta : « Le Plan Écophyto 2 n’est pas un échec »

Intervenu en ouverture du colloque national Dephy, organisé à Paris les 13 et 14 novembre 2018, Sébastien Windsor, président de l’Acta, a affirmé que le Plan Écophyto 2 n’est pas un échec : « Les solutions et idées foisonnent. Nous devons maintenant coordonner nos actions et accélérer le transfert des alternatives trouvées. » Afin de mieux accompagner la prise de risque, Sébastien Windsor insiste sur la nécessité de tester, au niveau des territoires, des combinaisons de solutions. « Nous devons également analyser les freins à lever pour viser un déploiement rapide de chaque alternative. »

19 novembre, 2018