Brèves

Derniers articles

Biocontrôle : Thiovit Jet Microbilles est autorisé sur blé contre la septoriose

Le fongicide de biocontrôle Thiovit jet microbilles de Syngenta, à base de soufre, a obtenu une extension d’homologation sur blé, épeautre et triticale pour lutter contre la septoriose. La société précise que les premières applications pour cet usage seront possibles au printemps 2019. Le produit avait obtenu une dérogation de 120 jours en 2018 sur cet usage, avec des conditions d’utilisation différentes.

3 décembre, 2018

Les autres brèves du 4 décembre 2018

Lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2019, les sénateurs ont adopté, le 29 novembre, un amendement visant à remplacer le renforcement proposé de la redevance pour pollutions diffuses (RPD) par une augmentation de la taxe sur les ventes réalisées par les fabricants de produits phytosanitaires. Peu de chance, pour autant, que cette mesure arrive à terme : le dernier mot revient à l’Assemblée nationale et la hausse de la RPD est une volonté du Gouvernement. Le projet d’arrêté établissant la liste des substances actives concernées en 2019 par cette RPD est d’ailleurs en consultation publique .

La Commission européenne a publié le 28 novembre 2018 un projet de stratégie énergie-climat à long terme pour l’Europe. Objectif : atteindre la neutralité carbone d’ici 2050. Bruxelles compte notamment capitaliser sur les bénéfices de la bioéconomie et accentuer le stockage de carbone dans les sols via l’agriculture.

L’Anses a lancé le 26 novembre son appel à projets annuel en matière de santé et environnement. Il est doté d’une enveloppe de 8 millions d’euros. Parmi les thèmes : l’exposition aux produits phytosanitaires, les perturbateurs endocriniens, la qualité de l’air, le changement climatique, les vecteurs et lutte anti-vectorielle. La date de limite des dépôts des lettres d’intention est fixée au 8 janvier 2019. Les résultats seront connus en septembre de la même année.

L’Anses met à disposition les données de son étude sur les expositions alimentaires aux substances chimiques des enfants de moins de trois ans. En couvrant 97 % du régime alimentaire des tout-petits, l’enquête de l’Agence nationale de sécurité sanitaire, qui a demandé 6 années de travail, a permis d’analyser 670 substances dans les aliments et d’estimer le risque pour 400 d’entre elles, dont 281 résidus de pesticides.

Touchée par la sécheresse, la Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé le 26 novembre 2018 un plan de 15 millions d’euros pour les agriculteurs. L’aide sera ciblée sur les exploitations ayant des pertes de fourrages d’au moins 30 % et versée en fonction du nombre d’UGB. Elle pourra aller de 500 à 2 000 € par exploitation.

Avec l’inauguration de sa station de recherche à Balcarce, en Argentine, Florimond Desprez poursuit son développement dans ce pays, démarré au début des années 2000. Ce site possède 80 ha de terres irrigables et plusieurs bâtiments dédiés au stockage, au tri ou aux analyses. La variété cible sera le blé. L’objectif étant de concevoir des variétés productives et économes en intrants, dédiées avant tout au marché sud-américain.

L’arrêté du 26 novembre 2018, paru au JO du 30 novembre, actualise la liste des laboratoires nationaux de référence dans le domaine de la santé publique vétérinaire et phytosanitaire. Il modifie en cela l’arrêté du 29 décembre 2009.

La Coordination rurale s’interroge sur la stratégie commerciale de Carrefour. Dans un communiqué du 27 novembre, le syndicat indique ne pas comprendre comment l’enseigne Carrefour peut annoncer d’un côté un partenariat avec WWF pour financer la conversion vers le bio de producteurs de lait, et annoncer de l’autre « brader » un lait bio à 87 centimes le litre.

Certis, qui fait partie des trois premiers acteurs du marché du biocontrôle en France, tient à faire savoir son engagement dans ces solutions alternatives et assurer le rayonnement de ses marques. Après avoir refondu son site Internet en septembre 2018, la société active ses nouveaux comptes Twitter et LinkedIn.

Syngenta informe que son fongicide de biocontrôle Bastid/Blason, à base de COS-OGA, est dorénavant utilisable en agriculture biologique. Le produit, autorisé contre le mildiou et l’oïdium de la vigne, ainsi que l’oïdium des légumes sous serre, permet entre autres de réduire les doses de cuivre et de soufre.

3 décembre, 2018

La liste des produits de biocontrôle est réactualisée

Une nouvelle liste des produits de biocontrôle est parue au Bulletin officiel du 22 novembre 2018. La DGAL précise que la prochaine actualisation interviendra en janvier 2019 sur la base des produits autorisés au 31 décembre 2018.

26 novembre, 2018

Pesticides : publication des équipements limitant la dérive

Une nouvelle liste des équipements de limitation de la dérive de pulvérisation de produits phytosanitaires est parue au BO du 22 novembre 2018. Ces derniers permettent de réduire la largeur des zones non traitées en bordures des points d’eau (de 20 ou 50 m à 5 m), conformément à l’arrêté du 4 mai 2017. De nouveaux équipements viennent s’ajouter pour la viticulture, l’arboriculture et les cultures basses.

26 novembre, 2018

Solevial inaugure la plus grande usine d’aliments bio d’Occitanie

Le 21 novembre, Solevial inaugurait son usine d’aliments Bio tout juste rénovée. Implantée à la Canourgue (48), elle constitue, avec une production annuelle en forte croissance (10 000 tonnes l’an passé), la plus grande structure de ce type d’Occitanie. Une dynamique en adéquation avec le déploiement de l’agriculture biologique dans la région. Exploité par le groupe Unicor, pour Solevial, ce site approvisionne plus de 600 agriculteurs. Financés à hauteur de 1,2 M€ par Solevial et subventionnés par la région Occitanie pour 113 000 €, les travaux se sont déroulés de novembre 2017 à octobre 2018. La capacité de production a ainsi été multipliée par 2,5. Parmi les nouveautés : l’installation d’une chaudière à gaz, l’automatisation de la ligne de presse, deux silos de stockage supplémentaires et l’extension de la station de chargement.

26 novembre, 2018

Vivea se défend d’avoir supprimé les financements de formation pré-installation

Pointé du doigt par la Fédération nationale d’agriculture biologique (Fnab), pour avoir « supprimé les financements existants pour toutes les formations qui se déroulent en amont de l’installation sur une exploitation agricole », Vivéa s’en défend. Contactée par Référence-environnement, la structure précise : « L’évolution est plus fine que cela. Nous avons simplement recadré les financements de ces formations. » Et d’afficher clairement sa volonté de maintenir les formations concernées, à condition, pour les candidats, d’avoir réalisé un diagnostic de leurs besoins et de s’inscrire dans le cadre d’un Plan de professionnalisation personnalisé.

Une manière de répondre à la Fnab, qui s’inquiétait le 23 novembre d’une décision considérée comme « brutale » et « menaçant le renouvellement des génération agricoles », et notamment « l’installation en agriculture biologique de population non-agricoles. »

26 novembre, 2018

Les autres brèves du 27 novembre 2018

En raison d’un risque de contamination par une salmonelle, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation informe, le 24 novembre, du rappel des reblochons de la Société Fromagerie de la Tournette estampillés « 74.128.050 ». L’enquête de traçabilité qui vient d’être conduite cible les produits dont les dates limites de consommation sont comprises entre le 17/11 et le 16/12/2018.

26 novembre, 2018

Sébastien Windsor, président de l’Acta : « Le Plan Écophyto 2 n’est pas un échec »

Intervenu en ouverture du colloque national Dephy, organisé à Paris les 13 et 14 novembre 2018, Sébastien Windsor, président de l’Acta, a affirmé que le Plan Écophyto 2 n’est pas un échec : « Les solutions et idées foisonnent. Nous devons maintenant coordonner nos actions et accélérer le transfert des alternatives trouvées. » Afin de mieux accompagner la prise de risque, Sébastien Windsor insiste sur la nécessité de tester, au niveau des territoires, des combinaisons de solutions. « Nous devons également analyser les freins à lever pour viser un déploiement rapide de chaque alternative. »

19 novembre, 2018

Nutriguide, un site web pour la fertilisation NPKS

Le fabricant d’engrais Borealis vient de lancer Nutriguide, une site internet destiné aux agriculteurs et la distribution pour les aider à optimiser la fertilisation en éléments N, P, K et S sur blé, orge, colza et maïs. L’utilisateur renseigne des informations sur la parcelle, la culture, les pratiques de fertilisation et le sol. Il reçoit alors un plan de fertilisation avec des doses à apporter ainsi qu’une recommandation de produits. « Pour la distribution, la recommandation va être personnalisée en fonction de sa gamme. L’agriculteur lui, reçoit un conseil en fonction des produits disponibles sur son secteur », explique Édouard Minier, chef de projet Nutriguide chez Borealis, à l’occasion d’une conférence de presse de lancement le 15 novembre à Paris. Le démarche ne prend pas plus de 7 minutes.

19 novembre, 2018

Véto-pharma et Hostabee dessinent l’apiculture connectée de demain

Véto-pharma, laboratoire dédié à la santé de l’abeille, et Hostabee, start-up française qui développe des modules connectés pour l’apiculture, sont désormais partenaires. Première étape annoncée : développer la distribution de deux solutions connectées, fabriquées par Hostabee, au niveau international. Ces modules offrent la possibilité aux apiculteurs professionnels et amateurs de surveiller les ruches à distance. L’idée est de les faire évoluer en fonction des spécificités des marchés apicoles dans d’autres pays, et de développer de nouveaux services selon les besoins des apiculteurs.

19 novembre, 2018

Normandie : un appel à projets agriculture raisonnée pour les start-up

Le Village by CA Normandie lance son premier appel à projets sur le thème de l’agriculture raisonnée. Deux start-up lauréates remporteront 5 000 € chacune et quatre mois d’hébergement au Village, incluant un accompagnement et des expérimentations sur un réseau Grandeur nature de la coopérative Agrial et à la Ferme expérimentale de la Chambre d’agriculture de Normandie. Les candidatures sont ouvertes du 5 au 30 novembre 2018. Les dossiers sont disponibles auprès de Mathilde Yver.

Le village by CA Normandie a été lancé en juin 2016 par le Crédit agricole Normandie, Agrial, le Pôle TES et la Chambre régionale d’agriculture de Normandie.

19 novembre, 2018

Les autres brèves du 20 novembre 2018

La Commission européenne a adopté, le 14 novembre, un programme de promotion des produits agro-alimentaire de l’UE. Son budget s’élève à 191,6 M€, soit une augmentation de 12,5 M€ par rapport à 2018. Un montant de 89 millions € sera affecté aux campagnes menées dans des pays à forte croissance tels que le Canada, la Chine, la Colombie, le Japon, la Corée, le Mexique et les États-Unis.

La commission des affaires européennes du Sénat a adopté le 8 novembre 2018 une proposition de résolution européenne sur la réforme de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa). Objectif : renforcer la crédibilité des avis de l’Efsa sur les autorisations des substances actives phytosanitaires. Et ce, en prenant davantage en compte les études académiques dans le cadre des évaluations, en réglant les potentiels conflits d’intérêts, en assurant une meilleure coopération entre les agences d’évaluation et en publiant les études des industriels.

ARD, société spécialisée dans la valorisation des agro-ressources portée par de grands groupes coopératifs dont Vivescia, a acquis, le 1er novembre 2018, la plateforme pilote de la société Procéthol-2G. Objectif : « capitaliser sur les nouveaux équipements de pointe dont elle dispose dans le prétraitement de la biomasse et les biotechnologies pour accompagner ses partenaires et ses clients dans le développement de procédés innovants, compétitifs, et respectueux de l’environnement. »

19 novembre, 2018

Séparation vente et conseil : ordonnance prise avant avril 2019

Lors de leur audition, le 8 novembre, par les députés de la mission glyphosate, les ministres de la Transition écologique et de l’Agriculture ont également fait le point sur plusieurs mesures visant l’objectif global de réduction de l’usage des produits phytosanitaires. François de Rugy et Didier Guillaume ont ainsi précisé que le projet du plan Écophyto 2+ sera mis en consultation publique mi-novembre 2018. Quant à l’ordonnance relative à la séparation des activités de conseil et de vente de produits, elle sera prise avant avril 2019.

Enfin, les ministres ont rappelé que la hausse de la redevance pour pollutions diffuses, prévue pour 2019, incitera à une moindre utilisation de produits au profil toxicologique et écotoxicologique peu favorable. Reste que le projet d’arrêté classant les substances actives dans chaque catégorie définie dans le projet de loi de finances, pour 2019, n’est pas encore dévoilé : sa mise en consultation publique, qui avait été annoncée pour le 12 octobre, est toujours attendue

12 novembre, 2018

Metam-Sodium : son interdiction inquiète la profession

Suite à la décision d’arrêté le métam-sodium, les Maraichers nantais regrettent, dans un communiqué, de ne pas avoir été associés aux expertises. Pour la fédération, « ce produit de désinfection des sols constitue à ce jour l’une des meilleures solutions techniques lorsqu’elle est mise en œuvre dans les conditions adaptées ». Sans alternatives équivalentes, les professionnels s’inquiètent « de cette décision couperet qui mettrait gravement en péril la filière ». Et de rappeler que le métam-sodium « n’est pas utilisé sur cultures mais sur sol nu, n’entrainant aucun résidu au niveau des cultures ni aucun risque pour les consommateurs ».
L’eurodéputé Eric Andrieu (PS) a adressé le 6 novembre une requête à la Commission européenne pour interdire sans délai toutes les dérogations relatives au métam-sodium, « afin de garantir une uniformisation du principe de précaution à l’échelle européenne pour l’ensemble des 500 millions de citoyens ». L’Eurodéputé craint des conséquences en termes de distorsion de concurrence pour les producteurs français.

12 novembre, 2018

Deux coopératives finalistes des « Excellences » du forum Open AgriFood

Le forum professionnel de l’agro-alimentaire, Open Agrifood, se tient les 21 et 22 novembre 2018 à Orléans. L’évènement est appelé à jouer le rôle de vitrine pour les démarches durables. C’est notamment le rôle du concours des « Excellences ». Les organisateurs ont évalué près de 150 dossiers candidats, pour définir les finalistes de chaque catégorie. Dans le registre « Distributeurs », la coopérative Cavac (Vendée) est dans la course, pour son site internet de vente directe www.produitici.fr. Dans la catégorie « Producteurs », la démarche de certification en agriculture durable CultivUp de la coopérative Axéréal (Loiret) est en lice.

D’ores et déjà classée comme « lauréates » ces initiatives seront départagées le 22 novembre à 16 heures, au Centre de Conférences d’Orléans.

12 novembre, 2018

Loi de finance 2019 : FNH veut y voir figurer 330 M€ pour les cantines

Comment, pour la restauration collective, servir au moins 50 % de produits sous signes de qualité dont 20 % de produits bio, d’ici à 2022 ? Quels moyens pour mettre en place un repas végétarien hebdomadaire dès 2019, et un plan pluriannuel de diversification de protéines pour certains établissements de restauration collective ? Pour atteindre ces objectifs fixés par la loi Égalim, la Fondation pour la nature et l’Homme (FNH) milite pour un fonds de 330 millions d’euros à débloquer pour les acteurs de la restauration collective. Un « Bonus cantine bio » que FNH voudrait voir intégré au projet de loi de finances 2019. Cette aide ne se cantonnerait pas à l’évolution des approvisionnements, mais concernerait d’autres actions, comme la formation des personnels à la lutte contre le gaspillage alimentaire. Selon FNH, il conviendrait de cibler prioritairement les territoires « les plus fragiles où le repas en restauration collective est souvent le seul repas équilibré de la journée », afin d’éviter de faire payer cette montée en gamme par le citoyen.

12 novembre, 2018