Brèves

Derniers articles

Lymphome non hodgkinien/pesticides, renforcement de la reconnaissance du lien de causalité

Le décret n° 2019-312, paru au Journal officiel du 13 avril 2019, élargit la prise en charge, au titre des maladies professionnelles, des hémopathies malignes provoquées par les pesticides. Il précise, en modifiant le tableau n° 59, que le lymphome malin non hodgkinien inclut la leucémie lymphoïde chronique et le myélome multiple. Il établit également que les maladies peuvent être induites par des travaux exposant à l’ensemble des pesticides, et non plus seulement aux composés organochlorés, aux composés organophosphorés, au carbaryl, au toxaphène ou à l’atrazine.

15 avril, 2019

Le Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale se rapproche de la recherche agronomique française

Les premières discussions remontaient à 2018. Elles ont abouti le 22 mars 2019, dans les locaux du ministère de la Recherche. Le groupe consultatif pour la recherche agricole internationale (CGIAR) va renforcer sa collaboration avec cinq établissements de recherche et de formation agronomique français : le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea), l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et l’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (Agreenium). Trois thématiques majeures sont au cœur de cette collaboration : agriculture et changement climatique, agroécologie, nutrition et systèmes alimentaires durables.

15 avril, 2019

Coop de France Grand Est est née

Le 12 avril, Coop de France Lorraine, Coop de France Alsace, la FCVC, la FRCA et l’URGPAL ont fusionné sous la bannière Coop de France Grand Est afin de « porter ensemble une politique forte et unitaire de la coopération agricole et viticole ». Présidée par Sylvain Hinschberger (précédemment président de la FRCA) et dirigée par Alexandrine Legras-Populus (précédemment directrice de la FCVC), Coop de France Grand Est compte trois pôles (animal, viticole et végétal), eux-mêmes subdivisés en plusieurs sections pour répondre aux besoins spécifiques des différentes filières coopératives. La nouvelle entité représente aujourd’hui 260 entreprises coopératives regroupant plus de 56 000 adhérents, 11 250 salariés, pour un chiffre d’affaires de 14,4 milliards d’euros.

15 avril, 2019

Les autres brèves du 16 avril 2019

Le quatrième procès opposant Paul François à Monsanto pour une intoxication à l’herbicide Lasso en avril 2004 s’est conclu le 11 avril : la Cour d’Appel de Lyon a retenu la responsabilité de l’agrochimiste.
Mais le combat de l’agriculteur, qui souffre de graves troubles neurologiques, ne s’arrête pas là : la firme peut former un pourvoi contre cette décision

Une équipe internationale impliquant des chercheurs de l’Inra et du CNRS révèle le rôle capital de la diversité végétale des espèces rares et de leur histoire évolutive pour le maintien d’écosystèmes dits « multifonctionnels ». Issus de l’observation de 123 sites dans le monde, ces travaux ont été publiés dans la revue PNAS (en anglais). Ils mettent en lumière l’importance de conserver les espèces rares afin de protéger l’intégrité du fonctionnement des écosystèmes.

Saatbau France met en avant les mélanges mellifères dans sa gamme de couverts végétaux. Des mélanges de trois ou quatre espèces à base de sarrasin, phacélie, trèfle ou radis et jusqu’à douze, voire 17 espèces pour les mélanges fleuris. Tout en améliorant la structure du sol, ces associations favorisent les pollinisateurs et les auxiliaires. L’ensemble des gammes est proposé en conventionnelle ou en bio.

13 avril, 2019

Le ministère de l’Agriculture et Bpifrance lancent « l’accélérateur agroalimentaire »

Accroître la compétitivité des entreprises de la filière, c’est l’objectif de « l’accélérateur agroalimentaire », lancé le 4 avril par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, et Bpifrance. Ce dispositif était prévu dans le volet agricole du grand plan d’investissement et vise les PME de la première et deuxième transformation. Celles-ci bénéficieront d’un programme d’accompagnement de 24 mois, pour notamment répondre aux nouveaux enjeux liés à la durabilité, la diversification des débouchés, la digitalisation ou la responsabilité environnementale et sociale. La première promotion compte 19 entreprises du secteur.

Les lauréats : Agro’Novae, L’Angelys, Alpes Biscuits, Lechef, Conserverie Gonidec, la Ferme des Peupliers, Palc, Philibert Savours, Prunier, SAS Mytilimer, Les jardins de l’Orbrie, Schneider food, Sudagro, Roucadil, Vitalac, Georges Vigouroux, Les 3 laboureurs, Les crudettes, France Cacao.

8 avril, 2019

Les représentants européens des régions prennent position sur la future Pac

Le Comité européen des régions (CdR) se montre en partie satisfait de l’adoption de mesures prévues pour la politique agricole commune post-2020, par la commission de l’agriculture et du développement rural du Parlement européen. Les représentants des régions saluent la prise en compte de leur rôle dans la gestion et la mise en œuvre de la Pac, « malgré les appels de certains États membre à un dispositif recentralisé », souligne un communiqué daté du 2 avril. En ce qui concerne la transition vers des modes de productions plus durables, le CdR salue la proposition de mieux rémunérer les producteurs pour les services agro-environnementaux et de consacrer au moins 15 % de l’enveloppe budgétaire aux éco-dispositifs, même si les régions espéraient voir ce seuil porté à 30 %.

L’avis du CdR (en anglais).

8 avril, 2019

133 €/ha pour les producteurs de luzerne déshydratée pour 2018

Dans le cadre du plan protéines, la dotation allouée à la luzerne déshydratée s’élève à 8 millions d’euros annuels. Soit 133 €/ha au titre de la récolte 2018. Un montant en hausse par rapport à celui de 2017, qui était de 112 €/ha. L’ensemble de ce dispositif d’aide, à savoir le plan protéines, l’aide couplée à l’hectare en découlant depuis 2013, et l’éligibilité de la culture au surfaces d’intérêt écologique (SIE) ont permis aux surfaces de luzerne déshydratée de se maintenir, voire d’augmenter légèrement. Celles-ci représentent 7,5 % de l’offre française en protéines végétales. La production de luzerne déshydratée, encouragée par le plan protéines, est un des leviers identifiés pour réduire la dépendance en protéines des élevages français et européens.

8 avril, 2019

Les autres brèves du 9 avril 2019

Le ministère de la Transition écologique a annoncé, le 1er avril, « un effectif minimal détecté de 40 ours en 2018 » dans les Pyrénées. Un chiffre en baisse par rapport à 2017, mais néanmoins à nuancer, onze ours repérés cette année-là n’ayant pas été détectés en 2018. L’effectif 2018 pourrait donc être corrigé a posteriori, comme cela a été le cas pour celui de 2017.

La session du 3 avril 2019 du Comité national d’agriculture biologique (CNAB) de l’Institut national de l’origine et de la qualité (Inao), a abouti à un avis favorable pour deux nouveaux cahiers des charges : les œufs de caille et la laine et la viande de lama et d’alpaga bio.

Cette même session a entériné la réduction de 11 % du nombre de dérogations à l’emploi de semences biologiques en 2018 par rapport à 2017. Une baisse particulièrement significative pour les semences fourragères et de grande culture, note le CNAB dans un communiqué. Le Gnis espère en finir avec ces dérogations pour 2035.

Selon des chiffres publiés le 2 avril par l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), les énergies renouvelables constituent aujourd’hui le tiers de la capacité de production énergétique mondiale.

L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) a adopté, le 28 mars dernier, un plan d’action pour développer le domaine des approches prédictives en biologie et écologie. Ces dernière sont un des quatre chantiers de prospective scientifique interdisciplinaire lancé en 2017 par l’Inra, via son document d’orientation #2025.

Trois projets d’arrêtés ont été mis conjointement en consultation le 4 avril 2019. Ils portent sur la prévention de l’introduction et de la propagation des espèces végétales exotiques envahissantes en Martinique, Guadeloupe et sur ces deux territoires.

La société américaine de biotechnologie AquaBounty annonce le 2 avril que le gouvernement canadien a autorisé la production commerciale d’un saumon génétiquement modifié. Un gène d’hormone de croissance greffé lui permet atteindre sa taille adulte dès 16 mois, contre 30 mois traditionnellement. L’entreprise a indiqué vouloir commencer « dès que possible » l’élevage de ce saumon transgénique dans ses installations de l’est du pays. Le Canada devient le deuxième pays, après les États-Unis, a autorisé la production industrielle d’un animal modifié génétiquement sur son territoire.

8 avril, 2019

Groupama devient le 44e partenaire du Contrat de solutions

Le contrat de solutions pour réduire les utilisations de produits phytosanitaires vient de recevoir le soutien d’un 44e partenaire avec Groupama. Le contrat de solutions propose dans sa version 2 une série de 57 fiches actions qui font l’objet d’un suivi grâce à la mise en place d’indicateur adaptés. L’initiative avait reçu le 25 février le soutien de l’État avec la signature du ministre en charge de l’Agriculture, Didier Guillaume.

7 avril, 2019

Un décès sur cinq dans le monde serait lié à de mauvaises habitudes alimentaires

Une étude publiée dans la revue scientifique The Lancet, le 4 avril, établit qu’un cinquième des décès dans le monde, en 2017, serait lié à une mauvaise alimentation. Soit près de 11 millions de personnes. La majorité de ces décès ont été causés par des maladies cardiovasculaires, le reste par des cancers et du diabète de type 2. Les excès de sel, de sucre et de viande, ainsi que le manque de céréales complètes et de fruits sont en cause. De fortes disparités apparaissent néanmoins au sein des 195 pays étudiés. La France fait ainsi partie des pays avec le plus faible taux de décès. Les auteurs de l’étude soulignent enfin que le lien entre l’alimentation et les décès ne peut bénéficier de la même certitude, comme cela peut être le cas avec d’autres facteurs de risques, tel que le tabac.

7 avril, 2019

Signature de deux protocoles sanitaires entre la France et la Chine

À l’occasion de la visite d’État du président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, Didier Guillaume et l’ambassadeur de Chine en France, Sem Zhai Jun, ont signé à l’Élysée, le 26 mars, deux protocoles sanitaires. Le premier concerne la levée de l’embargo sur les volailles françaises au motif d’influenza aviaire, permettant la reprise des exportations vers la Chine. Le second définit les conditions sanitaires requises à l’importation de mollusques aquatiques français en Chine. Ces signatures suivent la publication antérieure, le 22 mars, de six nouveaux agréments sanitaires permettant l’exportation de viande bovine pour quatre établissements, et porcine pour deux établissements en Chine. Un programme de travail conjoint devrait également être lancé pour la mise en place du principe de zonage pour les maladies animales, et notamment la peste porcine africaine.

1 avril, 2019

Ferme France lance une consultation nationale sur le thème du « mieux manger »

En partenariat avec la plateforme de mobilisation citoyenne Make.org, l’association Ferme France lance une consultation en ligne le 26 mars, en faveur d’une meilleure alimentation. Celle-ci est ouverte à tous jusqu’au 31 mai 2019. L’objectif : construire, à partir des avis déposés, un plan d’actions au service du « mieux manger » pour le plus grand nombre. Les résultats de la consultation seront également pris en compte par Ferme France dans la construction de son référentiel d’évaluation. Le 5 février dernier, l’association avait en effet présenté son projet d’étiquette, pour évaluer, grâce à une note sur 100, la performance sociétale des produits alimentaires.

1 avril, 2019

Olmix et Agrauxine rejoignent l’Afaïa

Le conseil d’administration de l’Afaïa (1) a validé le 26 mars l’arrivée de trois nouveaux adhérents : Agrauxine, Olmix et Sylva fertilis, société dans le secteur de bois qui va développer des biochar. Le syndicat compte désormais 79 entreprises pour un chiffre d’affaires cumulé supérieur à 300 M€. Le fabriquant de biostimulants et d’engrais foliaires Olmix avait déjà un pied dans l’Afaïa puisqu’il avait acquis fin 2018 la société Agronor, déjà membre de l’Afaïa.
Le syndicat a aussi validé une adhésion croisée avec Adivet, le syndicat des producteurs de toitures végétalisées. Depuis l’an dernier, l’Afaïa n’accueille pas seulement des fabricants ou metteurs en marché, mais aussi des structures à but non lucratif, comme le pôle de compétitivité Végépolys.

(1) Syndicat professionnel des acteurs de la filière des supports de culture, paillages, amendements organiques, engrais organiques et organo-minéraux et biostimulants

1 avril, 2019

Hauts-de-France : un état des lieux de la filière méthanisation sous forme de journée d’échange

La Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (Draaf) des Hauts-de-France organisait une journée d’échange sur la plateforme d’innovation industrielle Industrilab de Méaulte (80), le 26 mars 2019. La méthanisation agricole était au cœur de l’événement. L’occasion d’un état des lieux. Les Hauts-de-France comptent à ce jour 27 unités de cogénération en fonctionnement, contre six dont le biométhane est injecté dans le réseau de gaz naturel. Les sept sites en construction montrent toutefois l’évolution de la filière : quatre unités injecteront du biométhane, contre seulement trois unités de cogénération. Plus de cent projets seraient en réflexion. Une charte régionale en faveur du dialogue autour des projets de méthanisation avait vu le jour et été signée en octobre 2018 par de nombreux acteurs régionaux.

1 avril, 2019

Les autres brèves du 2 avril 2019

Une nouvelle liste des produits de biocontrôle est parue au Bulletin officiel du 28 mars 2019.

Carrefour annonce le 25 mars, son engagement à ne plus utiliser d’œufs de poules élevées en cage dans la préparation des produits de ses marques de distributeur d’ici à 2025. Les marques Carrefour, Filière Qualité Carrefour, Reflets de France ainsi que la gamme de « produits blancs » sont concernées. Une étape de plus dans la politique du groupe, qui ne commercialisera plus d’œufs de poules élevées en cage d’ici à 2025 au sein de ses supermarchés.

L’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l’Académie des sciences agricoles chinoises ont signé, le 26 mars, deux accords actant la création de deux laboratoires internationaux associés (LIAs). Les travaux porteront sur le thème de la transition agroécologique.

L’Observatoire des énergies renouvelables a publié, le 21 mars, un hors-série pour décrypter les différentes offres d’électricité verte. Des fiches descriptives pour chaque fournisseur sont disponibles. Le coût du magazine est de 25 euros.

L’évaluation des risques engendrés par les mélanges de produits chimiques dans l’alimentation humaine et animale progresse. L’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments, a mis au point un cadre méthodologique harmonisé pour ses scientifiques.

 

 

1 avril, 2019

Le site contratsolutions.fr est en ligne

Le Contrat de solutions, porté par 43 partenaires et visant la promotion de leviers permettant de réduire l’utilisation et l’impact des pesticides, dispose désormais d’un site Internet dédié. Consultable sur ordinateur, tablette et smartphone, ce site présente deux parties respectivement dédiées au grand public et aux agriculteurs. Il détaille les 57 fiches solutions existantes. Le site a vocation à s’enrichir au fil du temps.

25 mars, 2019