Brèves

Derniers articles

Valls veut continuer à encourager le bioéthanol dans les stations services

Le coup de pouce du gouvernement envers le carburant SP95-E10, qui contient 5 à 10 % d’éthanol, dans le cadre de la loi de finance 2016 , « porte ses fruits ». C’est ce qu’a affirmé Manuel Valls le 26 avril, à l’issue de la Conférence environnementale. « Les effets sont très nets. Les ventes se font de plus en plus au profit des véhicules à essence », a-t-il annoncé, avant de préciser que le projet de loi de finances 2017 confirmerait cette tendance.

Le rééquilibrage des taxes a commencé au premier janvier 2016 avec une hausse de 1 centime sur le gazole, pas de changement pour le SP95 et le SP98 et une baisse de 2 centimes sur le SP95-E10. Ce dernier carburant est ainsi moins cher de 4 à 5 centimes que le SP95.

10 mai, 2016

Bayer veut rapprocher agriculture et apiculture

Un travail de sensibilisation des agriculteurs à la protection des abeilles est mené avec  Bayer et la coopérative Val de Gascogne. Il s’accompagne d’un suivi de poids de ruches, et donc de l’activité des abeilles, grâce à l’installation de balances électroniques dont les informations sont relayées en temps réel sur un site internet dédié. Le moyen, entre autres, d’adapter les horaires de traitement. En 2016, Bayer compte installer 25 balances sur tout le territoire français.

10 mai, 2016

Les autres brèves du 10 mai 2016

Dans un communiqué, diffusé le 4 mai, deux fabricants de cerises confites de Provence,  l’entreprise Aptunion et la maison Léopold,  interpellent le Premier ministre sur les conséquences économiques de l’interdiction du diméthoate en France et lui demandent de s’emparer du dossier. Ils craignent une pénurie de cerises bigarreau qu’ils achètent à 85 % en Provence et, du côté des producteurs; lesquels sont sous contrats, des couts de production trop élevés avec les solutions de remplacement. Ils indiquent que les méthodes de récolte du bigarreau et de production des cerises confites font qu’aucune trace de résidu de diméthoate ne se retrouve sur les produits vendus aux consommateurs« . Ces entreprises emploient 300 personnes s’approvisionnent à 80 % localement auprès de 200 agriculteurs.

Le projet de loi visant à autoriser la ratification de l’Accord de Paris adopté le 12 décembre 2015 et signé à New York le 22 avril, a été présenté en Conseil des ministres le 4 mai.

« En réponse à Générations futures, je confirme que la France s’opposera le18 mai au renouvellement du Glyphosate, substance cancérigène », a indiqué Ségolène Royale le 2 mai sur twitter.

Pour réduire l’impact du changement climatique, la FAO incite à investir dans l’agriculture. C’est le message de sa directrice adjoint, Maria-Helena Semedo, en marge de la signature de l’Accord de Paris sur le changement climatique à New-York. Les ruraux pauvres et les petits agriculteurs sont parmi les plus durement touchés, a-t-elle souligné.

Une formation en ligne sur l’influenza aviaire hautement pathogene (IAHP) destinée aux vétérinaires sanitaires est accessible depuis le 4 mai 2016. Cette formation dure six semaines. Elle comporte trois modules d’environ une heure. Ces séquences de formation portent sur : un rappel clinique des signes d’appel de la maladie, un rappel épidémiologique sur la circulation du virus et enfin un rappel de la politique de prévention et de lutte du Maaf.

Aux Philippines, des drones aident les agriculteurs à se préparer aux catastrophes climatiques. Partenaire de la démarche, la FAO précise que ces drones permettent d’identifier les terres agricoles les plus exposées aux risques de catastrophes naturelles et d’évaluer rapidement les dégâts par la suite.

Un foyer d’influenza aviaire hautement pathogène H7N7 a été identifié dans un élevage de poules pondeuses élevées en plein air en Italie, dans la région d’Émilie-Romagne. Tous les animaux ont été abattus.

Le service mobile de suivi des observations terrain Observ’online de BASF évolue : il devient compatible avec VigiCultures, outil contribuant à la rédaction des Bulletins de santé du végétal. Cette interopérabilité, offerte par VigiConnect, évite ainsi les ressaisies. Ce module sera commercialisé à partir de septembre 2016.

Avec son anti-limaces Ironmax Pro à base de phosphate ferrique (voir l’actualité Homologation d’un anti-limaces en biocontrôle), De Sangosse vise la place de leader d’ici deux à trois ans sur ce marché du biocontrôle. Et ce, grâce à une supériorité d’efficacité par rapport au concurrent Sluxx, a annoncé la société le 3 mai. Le biocontrôle, un peu moins efficace, détient actuellement 10 % du marché anti-limaces. Son avenir dépend notamment des évolutions réglementaires (CEPP…).

10 mai, 2016

« Graine », un appel à projets biomasse de l’Ademe

« Gérer, produire et valoriser les biomasses pour une bioéconomie au service de la transition écologique et énergétique. » C’est l’objectif de l’appel à projet Graine, lancé par l’Ademe le 22 avril.

Graine suit deux grands axes. Le premier vise le développement de solutions technologiques et organisationnelles pour une économie circulaire des biomasses. Le second est orienté vers le développement de méthodes et d’outils pour une approche systémique et durable de la gestion des biomasses dans un territoire.

Priorité sera donnée aux projets à visée « opérationnelle » par rapports aux projets à caractère essentiellement « fondamental », exclus de cet appel. Ancrage territorial, collaboration associant au moins un partenaire de recherche et durée de moins de trois ans sont les autres critères spécifiés.

mail : apr.graine@ademe.fr

3 mai, 2016

Glyphosate : Générations Futures porte plaine

Générations Futures porte plainte devant la justice française, avec l’aide de son avocat Maître Lafforgue, « pour mise en danger de la vie d’autrui et tromperie aggravée ». « L’agence sanitaire de l’Etat membre rapporteur, l’Efsa et la Glyphosate Task Force (GTF) ont mis en œuvre de nombreux moyens pour nier le caractère cancérogène du glyphosate», a indiqué François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, le 2 mai. Selon un sondage diffusé le 2 mai, Générations Futures indique que 69% des français sont opposés à la ré-homologation du Glyphosate.

3 mai, 2016

Les autres brèves du 3 mai 2016

Stéphane Le Foll a  proposé la création d’un secrétariat conjoint France-Maroc sur le stockage de carbone dans les sols dite initiative « 4 pour 1000 ». L’idée est de créer un consortium qui sera totalement opérationnel à l’occasion de la COP 22 qui se tiendra en novembre 2016 à Marrakech.

Les éleveurs laitiers en zone de piémont et en zone défavorisée simple sont désormais éligibles pour 2016 à l’ICHN (indemnité compensatoire de handicaps naturels).

Les 27 et 28 avril, la commission d’enquête sur les conditions d’abattage des animaux de boucherie dans les abattoirsa auditionné des associations et responsables d’abattoirs. L214 et l’OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs) ont notamment dénoncé les conditions de travail et de formation des employés, et le manque d’inspection. De leur côté, les directeurs des abattoirs visés par les vidéos diffusées par L214 se justifient par leur taille modeste et leur statut public. L’un d’entre eux estime que la vidéosurveillance est la seule solution.

La FOP (Fédération française des producteurs d’oléagineux et de protéagineux) vient de dévoiler son nouveau site Internet : www.fopoleopro.com

Ségolène Royal a lancé le 26 avril un appel d’offres pour le développement de « petites installations hydroélectriques ». 50 moulins à eau de 36 à 150 kW sont prévus dans la catégorie des petits seuils.

Les Vignerons de Tavel (30) ont obtenu la labellisation Vignerons en développement durable, VDD. La structure représente 66 vignerons, 650 hectares de vignes, 30 000 hectolitres de vin et 1,8 millions de bouteilles.

3 mai, 2016

ESB : les autorités confirment le faible risque en France

Suite à la détection d’un cas de vache folle dans les Ardennes et au changement de statut de la France en ce qui concerne le risque ESB, le ministre de l’Agriculture a réuni le 25 mars le Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale, Cnopsav. (suite…)

4 avril, 2016

Glyphosate : les agriculteurs plébiscitent sa ré-approbation européenne

90 % des producteurs de grandes cultures et 95 % des viticulteurs utilisateurs de glyphosate estiment qu’ils rencontreraient des problèmes « assez » ou « très sérieux » d’un point de vue technique, agronomique ou économique s’ils devaient se priver de cette substance active : telle est la conclusion de l’enquête(1) menée par l’institut ADquation pour le compte de la Glyphosate Task Force, l’union des entreprises commercialisant du glyphosate et travaillant à sa ré-approbation européenne. Une enquête conduite alors même que les Etats membres se révèlent en désaccord sur cette ré-approbation et ne cessent de repousser leur décision, qui doit pourtant arriver au plus tard le 30 juin 2016. Selon cette même étude, deux tiers des producteurs de grandes cultures et plus de 70 % des viticulteurs utiliseraient du glyphosate en France. Plus de 80 % d’entre eux considéreraient qu’il n’existe pas d’alternative technique aussi efficace pour désherber. (1) Enquête réalisée par téléphone mi-mars auprès de 1008 agriculteurs et 504 viticulteurs français.

4 avril, 2016

Gestion des effluents phytosanitaires : Adivalor collectera les déchets issus du procédé Écobang

Adivalor et Vento-Sol viennent de signer une convention portant sur la collecte et l’élimination des déchets issus du dispositif de gestion des effluents phytosanitaires Écobang. Deux gammes sont concernées. Écobang GRV, adaptée aux cuves de 1000 litres standard : le résidu sec sera collecté avec la cuve, après plusieurs années de fonctionnement. Écobang CP, adaptée à des caisses palettes de 600 à 1400 litres équipées d’une sache. Le résidu conditionné dans la sache sera éliminé une fois par an, après avoir été conditionné dans un sac spécifique. Développé en 2010, Écobang est notamment utilisé dans les fermes expérimentales de BASF Agro, et a été testé positivement par l’Institut de la vigne et du vin.

4 avril, 2016

Six ONG déposent plainte contre manquement dans l’examen de la cancérogénéité du glyposate

Six ONG environnementales (Global 2000, PAN Europe, PAN UK, Générations Futures, Nature et Progrès Belgique et wemove.fr) de cinq pays européens ont déposé le 2 mars une plainte officielle contre les responsables de l’évaluation du glyphosate en Europe. (suite…)

7 mars, 2016