Brèves

Derniers articles

Les autres brèves du 12 juillet 2016

Les ministères de l’Écologie et de l’Agriculture ont fixé ensemble le nombre maximum de spécimens de loups dont la destruction sera autorisée pour 2016-17. « En application de l’ensemble des dérogations qui pourront être accordées par les préfets, ce nombre est fixé à trente-six », précise un arrêté commun daté du 5 juillet. Sont compris les mâles, femelles, jeunes et adultes.

L’entreprise Dagivel s‘est engagée à atteindre 40 % en volume de légumes issus d’exploitations agricoles engagées dans des démarches à moindre impact environnemental reconnues par le ministère de l’Agriculture. Et cela, avant fin 2018. Un accord collectif a été signé à cet effet entre Stéphane le Foll et Jacques Deronzier, PDG de Davigel le 6 juillet, dans le cadre du programme national pour l’alimentation, PNA.

L’Union des entreprises pour la protection des jardins et des espaces publics (UPJ) fait part, dans une communiqué daté du 5 juillet 2016, de son inquiétude quant à la sauvegarde des buis, composants majeurs des jardins à la française de nos châteaux. Le buis est en effet menacé par de nouveaux ennemis, champignons, chenilles, pyrales… Or, la loi prévoit la mise en place de l’objectif zéro pesticide auprès des professionnels en 2017 et des particuliers en 2019. Et les alternatives aux produits issus de la chimie de synthèse font encore défaut.

L’arrêté du 28 juin 2016, paru au JO du 7 juillet, modifie l’arrêté du 25 janvier 2010 relatif aux méthodes et critères d’évaluation de l’état écologique, de l’état chimique et du potentiel écologique des eaux de surface. Il transpose ainsi en droit national la directive 2013/39/UE qui ajoute 12 nouvelles substances prioritaires à contrôler dans les eaux de surface de l’UE, dont le quinoxyfène, l’aclonifène, le bifénox et la cyperméthrine, et révise des normes de qualité environnementale (NQE).

L’Anses a publié la liste des 126 produits (professionnels et amateurs) associant le glyphosate au co-formulant POE-Tallowamine et faisant l’objet d’un retrait à compter du 1er juillet 2016. Les dates de fin de commercialisation et d’utilisation sont respectivement fixées au 31 décembre 2016 et 31 décembre 2017 pour les spécialités à usage professionnel, et au 30 septembre 2016 et 31 décembre 2016 pour les spécialités à usage amateur.

« Une meilleure formation pour des denrées alimentaires plus sûres. » C’est le titre du programme européen lié à la formation dans le domaine de la sécurité des denrées alimentaires et des aliments pour animaux, de la santé animale et du bien-être des animaux ainsi que dans le domaine phytosanitaire. Le financement du programme a été validé par une décision de la Commission européenne le 7 juillet. 15,5 M€ sont prévus pour l’année 2016.

11 juillet, 2016

La chambre syndicale des améliorants organiques et supports de culture (CAS) devient Afaïa

La chambre syndicale des améliorants organiques et supports de culture (CAS) a fait peau neuve en devenant Afaïa le 22 juin à l’issue de son assemblée générale. Les adhérents ont abandonné l’ancienne dénomination, estimant qu’elle ne prenait plus en compte la diversité de ses membres. Le chiffre d’affaires de Afaïa s’élève à 250 M€ sur 2015, contre environ 240 M€ en 2014 mais le périmètre a évolué. Afaïa compte désormais 65 entreprises avec l’arrivée sur l’exercice précédent de Atlantica Agricola, Oro Agri, Bio3G et Agronor.

4 juillet, 2016

Des chercheurs analysent l’expansion fulgurante du frelon asiatique

Le frelon asiatique, prédateur des abeilles domestiques, est perçu comme un danger croissant par les apiculteurs depuis son apparition en France en 2004. Des chercheurs de l’Université François-Rabelais, du CNRS, Tours et de l’Inra Val-de-Loire, se sont intéressés à l’expansion de cette espèce. Ils concluent que le frelon asiatique progresse de 78 kilomètres par an en moyenne.

Selon les chercheurs, la rapidité de la colonisation peut s’expliquer par les seules capacités de dispersion des frelons. Elle n’est donc pas imputable à l’activité de l’homme, comme l’hypothèse en a été parfois émise. Le modèle des chercheurs révèle surtout que si un niveau de lutte très élevé contre le frelon ne permet pas systématiquement d’éliminer l’espèce invasive, il réduit nettement son expansion et la densité de ses populations. « L’intensification de la lutte ciblée est donc nécessaire pour limiter l’expansion de l’espèce dans l’avenir et en diminuer les impacts », conclue l’Inra, qui prône de développer des pièges spécifiques frelons asiatiques.

4 juillet, 2016

Bruxelles s’inquiète des taux de nickel dans les denrées alimentaires d’origine animale

La Commission européenne demande aux États membres de surveiller la présence de nickel dans les denrées alimentaires d’origine animale, dans une recommandation parue au Journal officiel du 29 juin. Elle se fonde sur l’avis du groupe scientifique sur les contaminants de la chaîne alimentaire (groupe Contam) de l’Autorité européenne de sécurité des aliments, l’Efsa. Lequel estime que les niveaux actuels de l’exposition chronique au nickel, en ne tenant compte que des denrées d’origine animale, pourraient être préoccupants dans la population jeune. Les personnes sensibilisées au nickel sont également susceptibles de développer des réactions cutanées sous forme de poussées d’eczéma lorsqu’elles consomment des denrées alimentaires d’origine animale. « La contribution des denrées alimentaires d’origine animale à l’exposition alimentaire de l’homme au nickel ne devrait donc pas être sous-estimée », explique Bruxelles. Mais les données manquent. La Commission demande donc aux pays membres de fournir des chiffres à l’Efsa avant le 31 octobre 2017.

4 juillet, 2016

Les autres brèves du 5 juillet 2016

Les assises nationales de la biodiversité 2016 auront lieu à Clermont-Ferrand les 14 et 15 septembre 2016. Des informations plus précises seront transmises ultérieurement.

Le Comité de déontologie et de prévention des conflits d’intérêts de l’Anses, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, a été renouvelé en avril 2016. Le 22 juin, Pierre Le Coz, directeur du département des sciences humaines de la faculté de médecine de Marseille, a été réélu en tant que président.

Dans un communiqué publié le 28 juin, le groupe israélien Stockton annonce avoir signé un accord avec Syngenta pour que ce dernier commercialise ses nouveaux biofongicides à base d’huile de théier destinés à lutter contre le botrytis et l’oïdium sur cultures ornementales.

Une « Nuit debout » devant les abattoirs a eu lieu le 30 juin. Une trentaine d’établissements français, suisses et belges étaient concernés par l’événement organisée par l’association 269Life – Libération Animale, qui défend le véganisme. Face à cette initiative, la Coordination rurale a mis en place une dizaine de contre-manifestations sur ces mêmes abattoirs.

Fleury Michon renouvelle son opération transparence « Venez vérifier ». Sept jours de portes ouvertes sont organisés dans deux des usines de charcuterie du groupe, ainsi qu’à sa cuisine d’essai. Pour y participer, les consommateurs doivent s’inscrire auprès de l’office de tourisme de Pouzauges (85) où siège le groupe.

L’arrêté du 22 juin précise les conditions de la dérogation obtenue jusqu’au 15 juillet 2016 par le Haut-Rhin et le Bas-Rhin pour épandre par voie aérienne des produits phytopharmaceutiques pour lutter contre le mildiou, pratique pourtant interdite depuis le 31 décembre 2015. L’intensité de la maladie cette année justifie cette dérogation.

Le groupe Avril, BPIFrance et la start-up Biopolymer Technologies, viennent de créer Evertree. Cette joint-venture développe à base de tourteau de colza des alternatives aux intermédiaires chimiques traditionnels générant des composés organiques volatils. Le premier produit commercialisé par Evertree sera un additif pour résine utilisé dans l’industrie des panneaux de bois composite.

L’ECPA déplore la décision du Royaume-Uni de quitter l’UE. Pour l’association européenne de la protection des plantes, ce départ signifie entre autres la perte d’une voix en faveur de l’innovation en agriculture et de prises de décision fondées sur la science.

110 prix Nobel demandent aux gouvernements du monde entier de désavouer la campagne de Greenpeace contre les OGM, et plus particulièrement contre le riz doré. Leur lettre ouverte, publiée le 30 juin, présente les OGM comme « sûrs, écologiques et importants pour les petits producteurs ». GreenPeace a réaffirmé ses positions en dénonçant un lobbying des sociétés.

La nouvelle vidéo publiée par L214 a fait réagir Xavier Beulin, président de la FNSEA. Pour lui, l’association cherche à « jeter l’opprobre » sur la consommation de viande. S’il se défend de cautionner les dérives de l’abattage, il ne cautionne pas la manière dont elles sont révélées.

L’entreprise Koppert, spécialisée dans les produits de biocontrôle vient de mettre en ligne plusieurs vidéos thématiques : « Biocontrôle auxiliaires / ravageurs », « Pollinisation naturelle », « Montage de pièges ». Elles sont consultables sur leur chaîne youtube.

L’AFPP, Association française de protection des plantes, organise les Universités de la protection des plantes les 20 et 21 octobre 2016 en Bourgogne, à Longvic. Réservées aux enseignants en protection des plantes, ces deux journées ont pour objectif de réactualiser les connaissances. Programme et inscription gratuite : szarb@afpp.net, 01 41 79 19 84.

L’AFPP, Association française de protection des plantes, propose quatre nouvelles sessions de formation dédiée à la mise en œuvre de la protection intégrée, « Vers une nouvelle façon d’appréhender et de gérer la santé des plantes » : 15 novembre à Reims (51), 17 novembre à Angers (49), 29 novembre à Montfavet (84), 1er décembre à Mérignac (33). Renseignements : afpp@afpp.net.

4 juillet, 2016

Phytos : retrait des produits associant le glyphosate au co-formulant POE-Tallowamine

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) annonce, dans une publication datée du 20 juin 2016, qu’elle procède au retrait de 132 autorisations de produits associant la substance active glyphosate au co-formulant POE-Tallowamine. Ces retraits font suite à la réévaluation des produits. L’Agence avait annoncé ces réexamens dans son avis publié le 12 février, après avoir souligné les préoccupations soulevées par ce co-formulant dans les préparations.

27 juin, 2016

Réforme de l’autorité environnementale : Royal réunit les futures missions régionales

 

Les futures missions régionales dans le cadre de la réforme de l’autorité environnementale rendront environ 850 avis par an sur des plans et programmes, comme les plans locaux d’urbanisme, les plans de déplacements urbains, les schémas de cohérence territoriale, les schémas d’aménagement et de gestion des eaux ou les plans régionaux de gestion et d’élimination des déchets. C’est ce qu’a indiqué Ségolène Royal le 27 mai lors de la première réunion de ces missions. Elles rendront également de l’ordre de 1 250 décisions au cas par cas déterminant si, au vu de ses impacts potentiels, un plan doit ou non faire l’objet d’une évaluation environnementale avant son adoption.

27 juin, 2016

Grippe aviaire : 20 M€ pour les éleveurs de cheptels reproducteurs de palmipèdes

 

FranceAgriMer a annoncé le 23 juin une enveloppe de 20 millions d’euros pour indemniser les éleveurs de cheptels reproducteurs de palmipèdes. Elle a pour objectif de compenser les conséquences économiques des mesures de dépeuplement et de vide sanitaire, ainsi que des pertes de marché à la suite de la fermeture des frontières, suite à la grippe aviaire. L’aide est calculée sur la base de la baisse de l’EBE du 1er janvier au 31 mai 2016 par rapport à la même période en 2015.

27 juin, 2016

L’agriculture peut aider à diminuer les émissions de méthane et de protoxyde d’azote

 

Un article publié le 6 juin dans Global Change Biology explore la contribution de l’agriculture à l’atténuation des émissions de méthane et de protoxyde d’azote, dans le cadre de deux scénarios considérés comme plausibles. Le premier repose sur la diffusion des techniques agronomiques avec un prix de la tCO2éq à 20 $, le second s’appuie sur l’intensification de la production végétale et animale avec une meilleure efficience. Selon les auteurs, ces deux scénarios permettraient d’atteindre seulement 21 à 40 % des efforts de réduction attendus. Et de conclure sur la nécessité de changements plus drastiques. L’utilisation d’inhibiteurs de méthane en élevage est une des pistes évoquées. Ainsi que la séquestration de carbone dans les sols, la réduction du gaspillage alimentaire et les modifications des régimes alimentaires…

27 juin, 2016

Les autres brèves du 28 juin 2016

L’Institut agronomique, vétérinaire et forestier de France (Agreenium) et le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM) ont signé, le 22 juin à Paris, un accord de coopération visant à renforcer leurs activités conjointes en Méditerranée. L’objectif est de répondre aux enjeux de la sécurité alimentaire, d’agir pour le développement d’agricultures et d’industries agro-alimentaires durables, la préservation des ressources naturelles et l’inclusion des zones rurales.

Une semaine avant l’interdiction des sacs plastique à usage unique en caisse, BASF présente un sac biodégradable à base d’ecovio 100 % compostable. Ecovio® est fait à base d’acide polylactique, l’APL, un matériau renouvelable fabriqué à base d’amidon de maïs, à 34 % biosourcé.

La septième édition du Salon de l’herbe et des fourrages a rassemblé près de 30 000 visiteurs à Villefranche d’Allier. Une belle réussite compte-tenu des conditions météorologiques extrêmement défavorables au déroulement d’un événement en plein air, en amont et durant le salon.

Suite à l’approbation en tant que substance à faible risque de Trichoderma atroviride souche SC1, composant du fongicide de biocontrôle Vintec de Bi-Pa et Belchim, les deux sociétés se disent confiantes quant à l’obtention prochaine de l’autorisation de mise sur le marché de leur produit. « Cette souche TASC1 est issue de bois mort de noisetier, ce qui lui confère une haute capacité à coloniser les plaies de taille pour préserver la vigne des maladies du bois, Esca et Black Dead Arm », précise Belchim.

L’Ademe Île-de-France lance un appel à manifestations d’intérêt pour accompagner les collectivités dans leurs démarches PCAET, Plan climat air énergie territorial. La loi de transition énergétique rend ces PCAET obligatoires pour toutes les intercommunalités de plus de 20 000 habitants. L’appel vise à accompagner les collectivités via la mise à disposition de financements « de projets ambitieux », selon l’Ademe.

Stéphane Le Foll et Philippe Richert, président de l’association des régions de France, ont signé le 23 juin un protocole d’accord afin de développer la contractualisation entre les Régions et les Draaf.

27 juin, 2016

Bien-être animal : les trophées de CIWF seront remis le 28 juin

 

Le 28 juin aura lieu la cérémonie de remise des trophées Bien-être animal. En plus des distinctions habituelles, CIWF décernera deux nouveaux titres aux entreprises ayant eu des projets d’innovation ou de marketing à impact positif sur le bien-être des animaux d’élevage.

 

20 juin, 2016

Vient de paraitre : Les végétaux, un nouveau pétrole ?

 

Les matières agricoles, le bois et les algues pourraient représenter une alternative aux produits fossiles. Dans son ouvrage : Les végétaux, un nouveau pétrole ? Jean-François Morot-Gaudry fait le point sur cette nouvelle chimie dite « issue du végétal » ou « biosourcée ». Les secteurs concernés : l’énergie, les matériaux, mais aussi d’autres produits dérivés du pétrole.

Éditions Quæ, 16 euros.

20 juin, 2016

Les autres brèves du 21 juin 2016

 
La fédération des associations de protection de la nature s’habille d’un nouveau logo. Le hérisson, symbole de France nature environnement, FNE, fait face et tourne la tête. Un changement destiné à réaffirmer la « dimension militante du mouvement » et à « traduire davantage la volonté de l’association de répondre aux enjeux pressants », explique Benoît Hartmann, porte parole de FNE.

Le forum de l’Alliance pour l’agriculture intelligente (Gacsa), qui a débuté le 14 juin à Rome constitue « un exercice de communication et de greenwashing des enjeux agricoles, au détriment des populations qui souffrent d’insécurité alimentaire. » C’est en tout cas l’avis d’Action Contre la Faim France, le CCFD-Terre Solidaire, Oxfam France et le Réseau Action Climat.
Des ONG ont remis le 16 juin une pétition recueillant 669 102 signatures citoyennes en faveur de l’interdiction des pesticides néonicotinoïdes à Ségolène Royal. Ils demandent une interdiction totale, dès le 1er septembre 2018, dans le cadre du projet de loi sur la biodiversité.

Le groupe de travail et de recherche « Oui à l’innovation ! » a présenté son manifeste « Parce que la société française est engourdie dans des peurs, plaçons la science et la recherche au cœur », lors du colloque sur les perturbateurs endocriniens qui s’est tenu le 16 juin au Sénat. Il sera soumis à la signature des candidats pour l’élection présidentielle de 2017.

Stéphane Le Foll a annoncé que les agriculteurs victimes des inondations pourraient bénéficier de l’intégralité de leurs aides Pac, même en cas de non respect de la réglementation européenne, en matière de verdissement notamment.

350 responsables locaux et régionaux de toute l’Europe affirment leur engagement à lutter contre le changement climatique en devenant des ambassadeurs de la Convention des maires. Ces ambassadeurs se sont engagés à promouvoir les avantages environnementaux et économiques de la Convention des maires, texte datant de 2008 et engageant les localités sur les thématiques gaz à effet de serre et énergies renouvelables, notamment.

Une modulation des dotations jeune agriculteur (DJA) plus importante en faveur de la vente directe et des circuits courts. C’est la revendication du Modef (Mouvement de défense des exploitants familiaux). Les DJA, qui s’élèvent en moyenne aux alentours de 15 000 € par ans, peuvent être « modulées », autrement dit augmentées pour les projets allant dans le sens de l’agro-écologie et de la création d’emploi.

Il faudra encore attendre pour débuter l’expérimenter l’étiquetage obligatoire de l’origine des viandes et du lait. Alors que la France s’est portée candidate à cette expérimentation, et qu’elle attendait le 12 juin le feu vert de la Commission européenne, celui-ci tarde à être donné. Le 7 juin, Stéphane Le Foll indiquait ne pas lâcher ce dossier, tout en admettant, à demi-mot, n’avoir aucune certitude sur le calendrier de ce dossier.

20 juin, 2016

31 mélanges labellisés « France Prairie »

 

Lancé en 2015 par l’AFPF (association française pour la production fourragère), le label « France Prairie » compte, depuis le 1er juin, six semenciers engagés dans la démarche avec, pour l’été 2016, 31 mélanges déposés. Son objectif : promouvoir en France l’utilisation de mélanges de qualité, permettre à l’ensemble des acteurs de la filière de valoriser l’expertise technique sur les mélanges. Une garantie pour l’éleveur au moment de son achat puisque le logo figure désormais sur les sacs de semences. Les mélanges France Prairie correspondent aux meilleures variétés issues du Herbe-book réalisé par le Gnis pour les espèces majeures.

13 juin, 2016

BASF Agro ouvre les portes de ses plateformes grandes cultures

 

Une plateforme  Agr'Innovéales de BASF Agro

Une plateforme Agr’Innovéales de BASF Agro

Comme chaque année au début de l’été, BASF France Agro invite les prescripteurs et les distributeurs de ses solutions sur ses plateformes techniques. Pour la troisième édition, les « Agr’Innovéales » se déclinent sur cinq sites en Bourgogne, Picardie et Normandie. Au programme : désherbage en grandes cultures, raisonnement des programmes, mise en œuvre des produits, mais aussi bonnes pratiques agricoles.

13 juin, 2016

Les coopératives publient un guide des achats responsables

20160607_Guide_Achats_Responsables

Coop de France a dévoilé lors du colloque sur les achats responsables, qui s’est tenu à Paris le 7 juin, le guide des achats responsables à destination des coopératives agricoles. Cet ouvrage rappelle les définitions des achats responsables. Il comprend un outil d’auto-diagnostique donnant la possibilité aux coopératives de connaitre leur degré d’implication dans cette démarche. Les étapes clés y sont détaillées et sont agrémentées de fiches méthodologiques. Le guide est à télécharger sur le site de Coop de France.

13 juin, 2016