Perturbateurs endocriniens : besoin de clarifications scientifiques

Dans un rapport publié le 4 septembre 2018, l'association Générations futures affirme que six résidus de pesticides sur dix quantifiés dans l'alimentation européenne seraient des perturbateurs endocriniens potentiels. Face à ces résultats, l'Union des industries pour la protection des plantes (UIPP) parle d'une « non-étude ». Des évaluations sont en cours.

10-09-2018
Laure HANGGI

Vous devez vous identifier afin de visualiser ce contenu dans son intégralité.

Se connecterS'abonner