Brèves

Derniers articles

Abeilles et phytosanitaires, Pollinis dénonce la prise en compte de tests a minima

Les risques liés aux pesticides pour les abeilles sont à l’ordre du jour du prochain Scopaff, comité permanent des végétaux qui réunit les représentants des différents États membres, les 16 et 17 juillet 2019. Sera mise au vote une nouvelle version de la partie relative aux abeilles du règlement d’exécution n° 546/2011, qui régit les principes d’évaluation et d’autorisation des produits phytosanitaires. Pollinis s’insurge contre la seule prise en compte de la toxicité aiguë pour les abeilles domestiques dans les tests. L’ONG souhaite que soient également évaluées la toxicité chronique des pesticides ainsi que leur toxicité sur les larves, et ce, sur l’ensemble des pollinisateurs. De tels tests sont prévus dans un document d’orientation présenté en 2013 par l’Efsa, l’Autorité européenne de sécurité des aliments. Mais ce document, qui n’a jamais trouvé de consensus au sein de l’UE, est en cours de révision et sa version finalisée n’est attendue que pour 2021.

 

15 juillet, 2019

L’autorité environnementale rend son avis sur la révision du PAR 6 nitrates de Bretagne

Lors de sa séance du 27 juin 2019, l’autorité environnementale (AE) a rendu son avis sur la révision du sixième programme d’actions nitrates (PAR 6) de la Bretagne. Celle-ci faisait suite à la signature d’un décret, le 26 décembre 2018, sur la réorganisation du « dispositif de surveillance d’azote » au niveau national. Concernant la révision du PAR 6 à ce sujet, l’AE estime que « les effets de la modification du dispositif sont évalués « positifs » ou « neutres » sur les eaux et l’air ». Le reste du programme demeurant inchangé, celui-ci n’a pas été soumis à une nouvelle évaluation. Enfin, l’avis rappelle que deux recours ont été déposés contre le PAR 6 : pour insuffisance de renforcement des mesures dans les territoires à problématique « algues vertes », par l’association Eau et Rivières de Bretagne ; pour « ajout de contraintes injustifiées », par la FRSEA Bretagne.

 

15 juillet, 2019

Légumes et pommes de terre, le projet européen Inno-Veg travaille de nouvelles technologies

Lancé en août 2018 pour une durée de quatre ans et demi, le programme Inno-Veg s’approche de son premier anniversaire. Prévu pour durer sur quatre ans et demi, il est dédié à la valorisation les technologies numériques dans la recherche sur pomme de terre et légumes. Arvalis est l’un des quatre partenaires européens de ce projet. Dans un communiqué du 8 juillet, l’institut technique rappelle les trois objectifs principaux d’Inno-Veg :

  • valider en station d’essais de nouvelles techniques d’expérimentation basées sur l’usage de capteurs optiques haute-définition permettant d’acquérir « à haut-débit » de nombreuses variables à même de caractériser l’effet de techniques culturales sur la production finale ;
  • transférer ces techniques dans le cadre d’expérimentations conduites en parcelles agriculteurs ;
  • créer un réseau de coopération transfrontalier sur ces thématiques innovantes.

Les autres structures du projet sont RSK ADAS Ltd. (Royaume-Uni), Inagro (Belgique) et Delphy BV (Pays-Bas).

15 juillet, 2019

Les autres brèves du 16 juillet 2019

Royal DSM, entreprise scientifique internationale, et le groupe Avril, annoncent le 8 juillet, leur collaboration pour produire une protéine « unique », issue de colza non OGM, qui offre « d’excellentes propriétés, une grande valeur nutritionnelle et un profil de goût équilibré ». Cette source de protéine offre plusieurs débouchés : alternatives à la viande et aux produits laitiers, boissons, produits de cuisson au four, barres alimentaires ou encore produits prêts-à-mélanger. Les deux partenaires souhaitent implanter une unité de production industrielle de pointe dédiée, sur le site de Saipol du groupe Avril près de Dieppe.

L’EARL de l’Ebaupin devient membre de Demain la Terre. Cette entreprise familiale implantée en Loire-Atlantique emploie l’équivalent de 13 personnes et produit des pommes de terre primeurs, des salades et jeunes pousses, des carottes, des poireaux, des tomates et des concombres, pour un chiffre d’affaires d’environ 1,5 M€. Son arrivée porte à 14 le nombre d’entreprises, soit plus de 160 producteurs, engagés dans cette démarche dont le cahier des charges s’appuie sur des critères de durabilité des productions.

Terres Inovia publie son nouveau guide de culture colza. Destiné aux agriculteurs et aux techniciens, ce guide diffuse les conseils et l’expertise de l’institut technique pour chaque étape de la campagne de la culture du colza, du choix des variétés à la récolte, en passant par la lutte contre les ravageurs et les choix optimaux de désherbage.

15 juillet, 2019

Création d’une Agence régionale de la biodiversité en Paca

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’agence de l’eau régionale et l’Agence française pour la biodiversité ont annoncé, le 25 juin 2019, la création d’une Agence régionale de la biodiversité, ARB. En conséquence, l’agence régionale pour l’environnement (ARPE) a fait évoluer ses statuts pour devenir l’ARPE-ARB. L’objectif de la structure : accompagner les territoires à réussir le pari de la transition écologique et de reconquête de la biodiversité. Les mesures suivantes figurent dans son programme d’action : favoriser l’émergence de projets innovants et exemplaires, accompagner les collectivités, valoriser les connaissances en alertant sur l’état de santé de la biodiversité, former les acteurs du territoire.

8 juillet, 2019

Six français à la commission agriculture du Parlement européen

Le Parlement européen a dévoilé les 48 membres de sa commission agriculture le 4 juillet 2019, soit deux de plus que la commission précédente. Six français seront présents : Anne Sander (LR-PPE), Eric Andrieu (PS/S-D), Jérémy Decerle (LREM-Renew), Benoit Biteau (EELV-Verts/ALE), Gilles Lebreton (RN-ID) et Maxette Pirkabas (RN-ID).

8 juillet, 2019

Faux steacks hachés, les sénateurs interpellent le gouvernement

Les quatre associations caritatives victimes, ainsi que les administrations concernées, ont été auditionnées le 3 juillet par la commission des affaires économiques du Sénat dans le cadre de l’affaire des « faux steaks hachés » financés par le Fonds européen d’aide aux plus démunis. Si tout risque sanitaire est écarté, les sénateurs attendent du gouvernement qu’il « fasse la lumière » sur cette affaire et qu’il prenne les mesures correctives qui s’imposent au plus vite ».

8 juillet, 2019

Une sénatrice veut faire du foncier et de la production agricole un « secteur d’activité d’importance vitale »

Enregistrée au Sénat le 20 juin 2019, la proposition de résolution de la Sénatrice Françoise Laborde (Haute-Garonne) invite le gouvernement à s’interroger sur le lien entre « la résilience alimentaire des territoires et la sécurité nationale ». Selon elle, le système alimentaire français est en danger, notamment en raison de la fragilité de la régulation du foncier, cause et conséquence d’une déterritorialisation de l’alimentation. Elle appelle donc le Gouvernement à mesurer l’importance d’une stratégie de territorialisation des productions alimentaires et la création d’une cartographie des flux de production alimentaire. Elle suggère également l’intégration de la production et du foncier agricole nourricier comme « secteur d’activité d’importance vitale » (SAIV). Consulter la résolution.

8 juillet, 2019

Les autres brèves du 9 juillet 2019

Le Parlement autrichien a approuvé le 2 juillet 2019 une interdiction totale du glyphosate sur son territoire. L’Autriche devient ainsi le premier pays de l’Union européenne à bannir la molécule. Le renouvellement ou non de l’autorisation du glyphosate au niveau européen doit être décidé avant le 15 décembre 2022, date d’expiration de son approbation.

8 juillet, 2019

Adivalor, une augmentation de 6500 tonnes dans la collecte des emballages et plastiques sur 2018

La filière de recyclage des emballages et plastiques agricoles Adivalor fait état d’une progression de 6500 tonnes pour la collecte 2018, par rapport à 2017. Un chiffre présenté dans le rapport d’activité 2018 de la structure, qui exclut toutefois le recul constaté sur les films de paillage. Au total, près de 77 000 tonnes de plastiques et emballages usagés ont été collectées. Alors que l’arrêt des importations de plastiques recyclés par la Chine complique la conjoncture depuis début 2018, Adivalor attend beaucoup de la loi sur l’économie circulaire et des Engagements pour la croissance verte, annoncée par le Gouvernement pour l’été 2019. « Il y a urgence : la demande en matière de plastique recyclé doit rapidement augmenter pour sécuriser les débouchés des recycleurs, ramener les cours à des niveaux économiquement viables et sécuriser les investissements dans de nouvelles unités de recyclage en France », analyse Pierre de Lépinau, directeur général d’Adivalor.

 

1 juillet, 2019

Comité français des plastiques en agriculture, conforter la filière « Agriculture plastique et environnement »

Lors de leur assemblée générale, le 6 juin 2019, les membres du Comité français des plastiques en agriculture (CPA) ont adopté la nouvelle grille tarifaire des écocontributions appliquées sur les produits neufs à compter du 1er octobre 2019. Elle doit permettre de conforter la filière volontaire APE, pour « Agriculture plastique et environnement », de gestion des plastiques agricoles en fin de vie, pour assurer le service de collecte aux agriculteurs. « Pour relever le défi du 100 % recyclage, nous devons à la fois viser le 100 % collecté, malgré une forte augmentation des coûts de collecte et de traitement des plastiques usagés, mais également préparer l’avenir via un programme de R&D ambitieux, qui vise à la fois à réduire au champ la quantité de déchets produits et disposer de capacités de recyclage suffisantes », explique Bernard Le Moine, délégué général du CPA.

 

1 juillet, 2019

L’Acta planche sur une appli Vigimobile, connectée à la base nationale Vigicultures

Acta informatique devient Acta Digital Services. Ce changement de nom a été acté le 18 juin lors de l’assemblée générale de cette filiale de l’Acta, tête de pont des instituts techniques. À cette occasion, l’application Vigimobile, en cours de test, a été présentée. Bientôt téléchargeable sur n’importe quel smartphone, elle permettra aux observateurs du réseau national de surveillance biologique du territoire de saisir des observations sur les ravageurs des cultures même en mode déconnecté. Ces données seront ensuite recueillies dans la base nationale Vigicultures, également développée par Acta Digital Services. La structure planche aussi, avec la startup Promize, sur la connexion de Vigicultures avec l’assistant virtuel « Fernand ». L’agriculteur utilisant cette appli pourra interroger en « langage naturel » Fernand pour qu’il lui précise la situation sanitaire à proximité de son exploitation. Cette communication de données entre les deux applications Vigimobiles et Fernand est sécurisée et facilitée grâce à l’utilisation de la plateforme d’échanges de données API-Agro, qui est également un client et partenaire d’Acta Digital Services.

 

1 juillet, 2019

Origine du miel, les français et les élus favorables

94 % des Français se déclarent favorables à l’obligation de mentionner les pays d’origine sur l’étiquette des pots de miel. Ils sont autant à souhaiter y trouver aussi la précision de la proportion de chaque miel en fonction du pays d’origine, en cas de mélange. C’est ce que conclut une enquête Ifop publiée le 28 juin par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf).  L’organisation indique également que 67 députés, eurodéputés et sénateurs ont rejoint le Comité de soutien des élus à l’abeille et aux apiculteurs. Ces élus signent l’appel « Faisons toute la transparence sur l’origine du miel », invitant le gouvernement à prendre des mesures similaires à celles de l’Espagne, où les pays de production sont précisés pour chaque miel présent dans un mélange.

1 juillet, 2019

Les autres brèves du 2 juillet 2019

L’approbation du diméthoate n’a pas été renouvelée au niveau européen. Les États membres doivent retirer les autorisations de mise sur le marché des produits phytosanitaires en contenant au plus tard le le 17 octobre 2019 pour les spécialités utilisées sur les cerises et le 17 juillet 2020 pour celles utilisées sur d’autres cultures. En France, la molécule est interdite de commercialisation et d’utilisation depuis le 1er février 2016.

Quatre arrêtés du 25 juin 2019, publiés au BO du 27 juin, autorisent Bioplanet SRL à faire entrer sur les territoires de la France métropolitaine continentale et de la Corse, et à introduire dans l’environnement, les macro-organismes suivants : Aphelinus Abdominalis, Aphidius ervi, Orius majusculus et Propylea quatuordecimpunctata. Ces autorisations sont valables cinq ans.

Présenté par ses créateurs comme le premier réseau social agricole entièrement gratuit et indépendant au service des agriculteurs, Farmr est en ligne. Il offre la possibilité aux agriculteurs de se connecter entre eux en fonction de leurs profils. Ses concepteurs y voient notamment un outil d’intelligence collective au service de la durabilité du secteur, mais aussi de sa compétitivité.

FranceAgriMer publie les modalités du programme « Lait et Fruits à l’école » de l’Union Européenne pour 2019-2020. Une aide est prévue pour la distribution de fruits et légumes, de banane, de lait et de certains produits laitiers aux élèves dans les établissements scolaires. Les demandes d’agrément pour 2019/20 pourront être effectuées à partir du 16 septembre 2019. Spécificité : cette édition met l’accent sur les produits sous signes d’identification de la qualité et de l’origine (SIQO).

L’Agence Bio et Les Eco Maires, en partenariat avec la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank lancent la deuxième édition des Trophées Bio des Territoires. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 20 août à toutes les collectivités et tous les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) souhaitant valoriser les projets de soutien à l’agriculture biologique. Le Lauréat bénéficiera d’une campagne de financement participatif abondée de 5000 €, les projets classés deuxième et troisième se verront offrir les frais d’ouverture d’une campagne de financement participatif.

1 juillet, 2019

Big data, la plateforme API Agro se fait accompagner pour plus de confidentialité

La plateforme API Agro va s’appuyer sur l’expertise de Constantin Pavléas, avocat spécialiste du droit des nouvelles technologies pour préserver le secret de ses informations face au « Cloud Act » américain. Ce dernier oblige les fournisseurs de services informatiques, même non-américains, à divulguer aux autorités américaines le contenu de toute communication électronique et toute information concernant un client ou abonné. Constantin Pavléas a conseillé API Agro pour la mise en place d’une plateforme utilisant uniquement des technologies européennes et non soumises au Cloud Act.

24 juin, 2019

Betterave, l’ITB lance l’OAD « Alerte maladies »

L’Institut technique de la betterave (ITB) lance un nouvel OAD, « Alerte Maladies ». Cet outil propose une carte interactive pour suivre l’évolution de différentes maladies : l’oïdium, la rouille et la ramulariose. Il est mis à jour avec les observations hebdomadaires réalisées par la filière. Chaque site suivi est représenté par un figuré qui synthétise le risque fongique global ainsi que le nombre de traitements réalisés. En complément, l’ITB publie régulièrement les préconisations d’emploi des produits disponibles pour intervenir en cas de seuil d’alerte dépassé. Découvrir « Alerte Maladies ».

24 juin, 2019